Lali

13 mai 2007

Des lectrices aux formes généreuses

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 12:30

botero 9

fb5

botero 1

botero 2

botero 6

botero 4

botero 3

botero 8 botero 7

Je n’aurai pas vu l’exposition Botero à Québec. Pourtant, je me promettais bien d’aller voir les personnages de l’artiste colombien. Mais j’ai trop attendu. Et les toiles de Fernando Botero ont quitté la capitale, sans que je sache si parmi celles-ci il y avait une lectrice ou un lecteur.

Certains aiment, d’autres pas. Moi, si. Dans ces personnages aux formes généreuses, peut-être naïfs aux yeux de certains, je vois une galerie unique, un regard tendre. Même si le sujet de certains tableaux est dans certains cas plus critique envers la société, et par cela moins figuratif.

Il y a dans les lectrices de Botero de la tendresse, de la sensualité. Deux éléments qui me plaisent et qui font que je ne suis pas indifférente à cet univers.

Renouer avec soi

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 11:13

boston school

Il me semble retrouver dans cette toile non signée de l’école de Boston un peu de moi ces quelques jours de juillet 1992 à Plouharnel. J’allais ainsi avec un livre écouter la mer et tourner les pages. Il y avait peut-être des gens pas très loin, mais je n’en ai nul souvenir. Je n’ai que cette image de moi assise là près de la mer, avec un livre, tentant de démêler en moi ce qui restait de quelques rêves défaits. Et certains jours, il me semble que ce serait là, uniquement là, que je pourrais renouer avec moi-même. Mais je sais que ce n’est pas le lieu qui compte. Je le sais trop bien. Pour renouer avec soi, il faut entrer en soi et accepter ce qu’on est et a été.

En ce jour de la fête des mères

kaula

En ce jour de la fête des mères au Canada, en Belgique et en Suisse, la toile de Lee Lufkin Kaula me semble toute désignée pour souligner ce jour. Même si je reste ambivalente face au fait que nous ayons besoin d’un jour dans l’année pour souligner les pères comme les mères. J’ai le même sentiment que ce dimanche de mai 2006, si bien que je pourrais écrire quasi mot pour mot ce que j’ai écrit il y a un an.

Et pourtant, peut-être faut-il un jour comme celui-ci. Et c’est ce qui me rend triste, au fond. Que, trop souvent, le reste de l’année, on oublie les fleurs, les mots doux, les gestes gratuits, les Je t’aime. Qu’il faille le faire quand tout le monde le fait.

Quoique je suis certaine que d’autres sont comme moi, pleins d’attention envers celle qui leur a donné la vie. Et que pour eux un jour comme celui-ci est une occasion de plus dans l’année pour exprimer leur amour et leur admiration, et non pas le seul.

En vos mots 5

Filed under: Couleurs et textures,En vos mots — Lali @ 8:06

rubio

Qui est-elle ? Que lit-elle ?

À vous de raconter la lectrice d’Alberto Pla y Rubio. À vous de nous livrer une part de son histoire, à vous de dire ce qui se dégage d’elle. À vous, la toile de ce dimanche, la cinquième de l’aventure qui s’appelle En vos mots.

Bon dimanche et bonne semaine à tous!