Lali

17 janvier 2012

Les mots de Sylvain 1

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

Est-ce la sortie d’un album réunissant Ses plus belles chansons d’amour soulignant à quel point Sylvain Lelièvre est toujours vivant même s’il nous a quittés il y a presque dix ans, qui a donné l’idée à cette lectrice de l’école hollandaise, peinte au début du XXe siècle, de parcourir Entre écrire, son recueil de poèmes et chansons paru en 1982? Peut-être. Ce que je sais, c’est qu’elle a décidé de partager ce livre avec les lectrices des prochains soir. Ce que je sais aussi, c’est qu’elle a été émue. Notamment par ces vers :

elle s’avance dans le soir
comme une aurore égarée
avec les courbes des montagnes
sous les bras
et la blessure du soleil fixe
à l’autre bout de l’eau

elle s’avance dans le soir
des dessins irréversibles intolérables

nous allons un autre fois gravir
le rocher de ceux qui n’ont rien
que l’espérance de l’amour

Des nouvelles comme autant d’extraits de films

Filed under: À livres ouverts — Lali @ 19:48

Qui aime les nouvelles qui vont de A à Z sans retours en arrière seront déroutés par L’amour au cinéma, un recueil de huit nouvelles signé Éveline Mailhot, mettant en scène des personnages aux prises avec des situations qui ne nous sont pas présentées dans l’ordre chronologique. Cette façon de faire bouscule qui s’attend à autre chose, mais ravira les cinéphiles qui trouveront dans ce processus quelques familiarités avec le septième art.

Les nouvelles s’ouvrent donc sur des scènes qui ne mènent pas nécessairement à un dénouement, mais qui, dans la plupart des cas, en expliquent les prémices. J’avoue avoir aimé ce choix de l’auteure, même si je n’ai pas été emballée par la totalité des nouvelles ni touchée par tous ses personnages. L’idée de les installer dans le feu de l’action ou au cœur même d’une situation sans nous présenter d’abord les intervenants, en faisant des lecteurs des témoins, permet — quand c’est bien fait, et c’est le cas ici — de créer une synergie personnages/lecteurs des plus réussies.

Il est ici question du sentiment amoureux et d’intimité, mais de loin, l’auteure ayant choisi de rester à la surface des choses comme si elle avait eu une caméra entre les mains. On peut apprécier ou pas. Malgré une écriture alerte et imagée, qui laisse suffisamment de place au lecteur pour qu’il puisse imaginer ce qui est tu et qui se trame entre les scènes décrites, on pourra par contre reprocher l’absence d’un fil conducteur autre que la forme et le faux thème de l’amour suggéré par le titre.

Je retiendrai plutôt l’idée d’un recueil volontairement décousu, sorte de clin d’œil au cinéma, dont le résultat semble correspondre au projet initial de l’auteure, mais qui demeure un exercice.

Texte publié dans

Je les regarde

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 14:21

Je les regarde tourner les pages. Épris des images. Amoureux des mots en devenir. Et c’est à elle que je pense. Ève. À qui Lali sa marraine a offert bien des livres. Sans penser qu’un jour elle aimerait tant les mots elle aussi qu’elle s’inscrirait en septembre 2009 en traduction à l’université.
Je les regarde et c’est à elle que je pense. J’aimais tant la regarder caresser les couvertures des livres avant de les feuilleter.

*toiles de Karoly (Charles) Roka

C’est l’hiver!

Filed under: Mon Montréal,Signé Lali — Lali @ 9:49

Ce coup-ci, nous n’y échapperons pas. Les derniers flocons ont été si nombreux qu’ils ne risquent pas de disparaître de sitôt. L’hiver est là. Et dire qu’en Bretagne il y a des jonquilles…

Ce que mots vous inspirent 581

Filed under: Ce que mots vous inspirent,Couleurs et textures — Lali @ 8:00

Logique et vérité sont deux choses très différentes. Mais elles se confondent pour l’esprit qui est le créateur de cette logique. (Theodor Sturgeon)

*toile d’Aleksandr Egedis