Lali

8 juin 2012

Le silence 1

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

C’est le titre qui a séduit la lectrice peinte par Monika Seidenbusch. Il faut avouer que j’ai aussi été séduite par le titre du recueil de Catherine Fortin, Le silence est une voie navigable. Et pas juste par le titre, mais aussi par les mots de la poète. Notamment ceux-ci :

ce qui meurt à la fenêtre
nul ne peut le retenir
mais à l’extrême l’indicible
repousse toujours plus loin
le jaillissement ordonné
de la lumière où s’amenuise
la force entière du matin

L’histoire de Samuel

Filed under: À livres ouverts — Lali @ 19:52

Une fois de plus, je me suis laissée tenter par un quatrième de couverture. Enfin, aussi par le nom de Karine Tuil dont j’ai beaucoup apprécié le roman Six mois, six jours, écrit à partir d’un fait divers.

C’est donc gagnée d’avance, ou pas loin, que j’ai entamé la lecture d’Interdit, qui met en scène Samuel, septuagénaire qui apprend de la bouche d’un jeune rabbin qu’il n’est pas juif aux termes de la Loi de Moïse, malgré le fait qu’il ait toujours été considéré comme tel et qu’il ait pour cette raison vécu l’enfer d’Auschwitz qui a décimé sa propre famille, en faisant le seul survivant. Chose qu’il n’aurait jamais sue s’il n’avait décidé de se marier avec une femme de la moitié de son âge. Samuel n’a pas envie de vieillir seul et il veut se faire chouchouter pour ce qu’il lui reste d’années devant lui.

Ce n’est hélas pas possible. Un rabbin a décidé de changer le cours de sa vie alors qu’il est juif depuis presque trois quarts de siècle, ce qui suscite en lui toutes sortes de questions auxquelles il n’arrive pas à répondre et qui lui font perdre la raison au point que deux entités en lui (le juif et le non-juif) décident d’avoir sa peau. Et c’est là que ça se complique, que ça dérape, que j’ai décroché…

Autant il m’intéressait de voir Sam se débattre avec des questions existentielles, autant je n’ai pas réussi à croire à son glissement graduel dans la folie et à son internement ayant pour but de venir à bout des personnalités en lui prêtes à s’entretuer. Autant je n’ai pu croire non plus aux personnages de l’asile ni à ce qui est arrivé par la suite à Samuel. Et pourtant, j’étais gagnée d’avance.

Mais l’histoire de Samuel ne tient pas la route et devient de plus en plus confuse à mesure que nous avançons. Meilleure chance avec un autre livre de Karine Tuil — il y en a six encore que je n’ai pas lus.

Chez Catherine

Filed under: Couleurs et textures,Les trouvailles de Lali — Lali @ 14:48

C’est chez l’artiste Catherine Nolin, du Massachusetts, que je vous emmène aujourd’hui. Parce que j’aime ses couleurs et ses scènes livresques.

Merci à Clairedelune qui me l’a fait découvrir.

Devant la médiathèque

Filed under: Mon Montréal,Signé Lali — Lali @ 10:18

C’est devant la Médiathèque littéraire Gaëtan-Dostie, sur l’avenue de la Montagne, que se trouve cette curieuse sculpture sans titre signée Latesky. Je n’ai pu m’empêcher de la prendre en photo!

Ce que mots vous inspirent 684

Filed under: Ce que mots vous inspirent,Couleurs et textures — Lali @ 8:00

Ne plus lire depuis longtemps, c’est comme perdre un ami important. (Proverbe chinois)

*toile de Julia Ciccarone