Lali

7 juin 2012

Rouges 3

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

Un instant
précipite dans l’immortalité

les parages
tes seins
tes lèvres

et la beauté devient jour

Jean-François Leblanc, Rouges

*choix de la lectrice de Jean-Louis Toutain

Des bijoux d’exception

Filed under: À livres ouverts — Lali @ 19:30

Qui aime les bijoux, qui les aime hors de l’ordinaire, qui apprécie le travail des artistes ne pourra qu’apprécier le livre-objet fait de planches qui se déplient qu’a consacré à René Lalique une spécialiste des arts décoratifs, Yvonne Brunhammer, laquelle a publié nombre de titres sur le sujet et organisé des expositions partout dans le monde.

Il y a longtemps que je connais ce créateur sans connaître l’étendue de son œuvre. C’est donc avec grand bonheur que j’ai découvert des objets décoratifs ainsi que des broches et diadèmes destinés au théâtre et à la vie publique créés par celui à qui on doit la célèbre bouteille de L’Air du temps de Nina Ricci. Des objets et des bijoux étonnants, proches de la sculpture, souvent issus de la mythologie et mettant en vedette des animaux plus souvent qu’autrement.

Parmi les admirateurs de René Lalique, on trouve entre autres le célèbre collectionneur Calouste Gulbenkian, lequel a acquis au fil des ans en plus de quelques objets nombre de bijoux tous plus somptueux les uns que les autres, et la non moins célèbre Sarah Bernhardt qui a porté ces bijoux à la ville comme sur scène, révélant ainsi au monde entier l’audace et le génie de son créateur, mis à l’honneur de bien belle façon dans ce petit livre publié chez Gallimard.

Pour résumer : un livre qui fait rêver!

F comme fado, F comme Fernando

Filed under: Trois petites notes de musique — Lali @ 16:14

Né au Brésil qu’il a quitté à 17 ans pour le Portugal, Fernando Girão a roulé sa bosse depuis, accompagnant des grands comme Miles Davis, Herbie Hancock et Chick Corea, de l’Angleterre au Maroc, en passant par la France, l’Angola et les États-Unis. Avec Fado Negro, paru en 2009, il livre un vibrant hommage au fado de ses origines. Entre autres à un guitariste qui a participé au premier album d’Amália Rodrigues, Fernando de Freitas, son père, dans une chanson qui lui est dédiée et qui s’appelle tout simplement Fado Fernando de Freitas.

Du rouge!

Filed under: Signé Armando,Vos traces — Lali @ 10:06

C’est ce qu’a, entre autres, rapporté Armando de ses vacances en Algarve. De belles raisons de se réjouir!

Ce que mots vous inspirent 683

Filed under: Ce que mots vous inspirent,Couleurs et textures — Lali @ 8:00

L’homme n’est pas ce qu’il cache, il est ce qu’il fait. (André Malraux)

*toile de Godfrey Kneller