Lali

8 juillet 2011

L’inconcevable 2

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

butler-theodore-earl-5.jpg

J’ai si bien vécu la douleur
que maintenant mes joies pâlissent
avant le jour

comme des étoiles calées
dans le lait du silence.

André Brochu, L’inconcevable

*choix de la lectrice de Theodore Earl Butler

Quand Suzanne Myre regarde les humains

Filed under: À livres ouverts — Lali @ 20:29

humains-aigres-doux.jpg

Une fois de plus, j’ai été prise par l’écriture de Suzanne Myre, dont j’ai lu il y a deux ans les savoureux recueils J’ai de mauvaises nouvelles pour vous et Le peignoir. Une fois encore, j’ai été séduite par la galerie de personnages de celle dont j’ai fait la découverte il y a quelques années grâce à XYZ.La revue de la nouvelle.

Suzanne Myre a un véritable talent de conteuse et maîtrise l’écriture avec un bonheur qui n’a d’égal que celui de qui la lit. Son regard est sans compromis sur les êtres, dont certains frisent avec outrance la caricature, comme celui de Voualtèr, coiffeur de service, né Roger, qui n’a jamais mis les pieds à New York mais qui fait comme si; comme celui de Chrystelle, la fille de banlieue qui débarque en ville régulièrement afin que ce cher Voualtèr entretienne ou modifie la teinte de ses cheveux qui porte chaque fois des noms exotiques; celui de Sylvia, qui se retient de dire tout ce qu’elle pense mais qui n’en pense pas moins; ceux de tous ces « humains aigres-doux » que l’auteur a croisés ou inventés, que nous croyons parfois reconnaître l’espace d’un trait ou d’une anecdote, et qui nous font grincer des dents ou nous hérissent les poils des bras.

Suzanne Myre, lauréate du Grand Prix littéraire Radio-Canada et du prix Adrienne-Choquette, finaliste au prix des Libraires et au prix France-Québec, a le sens de la nouvelle en plus de celui de ses personnages. Elle ne se cantonne pas dans une seule de ses formes, à savoir la chute qu’on n’a pas vu venir, mais use de toutes, connaissant et maîtrisant ce « petit genre », comme avait appelé la nouvelle l’écrivain et éditeur Gilles Pellerin dans un essai publié en 1997.

C’est donc à un recueil quelque peu cynique, jamais banal, que nous convie Suzanne Myre dont on a régulièrement dit qu’elle était la plus décapante des nouvellières québécoises. Avec raison, puisqu’elle le prouve une fois de plus. Avec brio.

logo-challenge-la-nouvelle-2.jpg
détails ici

Les roses de la station-service

Filed under: Mon Montréal,Signé Lali — Lali @ 16:54

photo-226_garage.jpg

photo-228_garage.jpg

Je n’ai pu que m’arrêter, évidemment!

Y comme Yvoire

Filed under: Vos traces — Lali @ 13:14

tz5-20110612-004_l.jpg

tz5-20110612-008_l.jpg

tz5-20110612-012_l.jpg

tz5-20110612-023_l.jpg

tz5-20110612-027_l.jpg

tz5-20110612-009_l.jpg

tz5-20110612-092_l.jpg

tz5-20110612-082_l.jpg

tz5-20110612-049_l.jpg

tz5-20110612-089_l.jpg

tz5-20110612-074_l.jpg

tz5-20110612-073_l.jpg

tz5-20110612-088_l.jpg

tz5-20110612-048_l.jpg

Yvoire, pittoresque village de Haute-Savoie, où Denise a décidé de nous emmener aujourd’hui, visite qui devrait ravir nombre d’entre vous!

Si on allait faire un tour?

Filed under: Couleurs et textures,Les trouvailles de Lali — Lali @ 10:35

tchoubakov-oleg-1.jpg

tchoubakov-oleg-2.jpg

À bicyclette, bien entendu! Direction : l’atelier d’Oleg Tchoubakov.

Ce que mots vous inspirent 444

Filed under: Ce que mots vous inspirent,Couleurs et textures — Lali @ 8:00

barnet-will-10.jpg

La discussion est le tamis de la vérité. (Stefano Guazzo)

*toile de Will Barnet

Les roses du jardin botanique 4

Filed under: Mon Montréal,Signé Lali — Lali @ 6:00

photo-302_jb.jpg

photo-304_jb.jpg

photo-307_jb.jpg

photo-309_jb.jpg

photo-310_jb.jpg

photo-311_jb.jpg

Des roses qui font rêver!