Lali

11 février 2007

La mesure de l’amour

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 3:16

louisridel

La mesure de l’amour, c’est d’aimer sans mesure.
[ Saint Augustin ]

Et peut-être que quand elle sentira qu’elle aime avec mesure, la lectrice de Louis Ridel choisira de ne plus aimer, parce qu’elle n’est bien que dans la démesure, là où on ne compte pas, là où la tiédeur est absente.

Car peut-être qu’aimer ne peut se faire que sans mesure, puisqu’aimer, au fond, n’est ni rationnel, ni raisonnable.

Au pays des derniers jours de Van Gogh

Filed under: Ailleurs,À livres ouverts — Lali @ 2:53

auverssuroise1

Certains lieux qui nous appellent le font pour diverses raisons. Ainsi, le village d’Auvers-sur-Oise où a vécu Van Gogh, après son époque arlésienne, cet endroit qui lui a inspiré une quantité de tableaux qui ont depuis fait le tour du monde. Un lieu qui en est presque un de pèlerinage, tant tout mène à celui qui a vécu là les deux derniers mois de sa vie. Repères ici et là ne manquent pas pour bien nous indiquer là où il a vécu, là où logeait le docteur Gachet, l’église, une de ses toiles les plus connues, jusqu’au cimetière où il est enterré aux côtés de son frère, le lierre couvrant désormais les deux tombes et les unissant à jamais.

Les deux fois où je suis allée là-bas, en 1994 et en 1997, le soleil était brûlant et donnait au village cette lumière que Van Gogh, précurseur de l’expressionnisme, a su transmettre. Et les deux fois, je me suis baignée de cette atmosphère, de ces maisons qui faisaient son quotidien, de ces champs qu’il a parcourus et peints. Jusqu’à cette ultime fois, ce dernier champ, où il a choisi d’en finir avec la vie.

Un jour, un écrivain a imaginé un personnage qui voulait assister au suicide de Van Gogh. Mais celui-ci arrive trop tôt et surprend le peintre qui le questionne. Et cette rencontre imaginée par Jean Pelchat donne ce roman intitulée La survie de Vincent Van Gogh, qui dresse le portrait d’un Van Gogh qui connaîtra un autre sort que celui qu’on lui connaît. Un Van Gogh qui croisera les chemins de Cézanne, Jarry, Apollinaire et Picasso. Un Van Gogh qui s’inscrira autrement que l’on sait dans le monde de l’art. Un Van Gogh tout à fait plausible auquel l’auteur fait vivre des événements historiques vérifiables auxquels il le fait participer.

survie

La survie de Vincent Van Gogh est de ces romans qui nous font visiter l’Histoire sous un autre regard, quand la fiction se mêle au réel, quand le cours de l’Histoire se trouve modifié. À lire à Auvers-sur-Oise ou ailleurs. À lire si Van Gogh et la peinture vous attirent. À lire si on aime ces livres qui répondent à la question Et si