Lali

26 décembre 2014

Piqué des vers 6

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

VIDAL ROLLAND (Antonio)

Il neige.
Des flocons frôlent le monde.
Il neige
comme on plonge dans le noir.

Il neige.
Ne pas la saisir.
Ou la perdre.

Brûlure
de braises
blanches.
Il suffit d’un flocon
au visage.

Corinne Hoex
(dans Piqué des vers! de Colette Nys-Mazure et Christian Libens)

*choix de la lectrice d’Antonio Vidal Rolland

Les pantoufles roses

Filed under: À livres ouverts,Pour petites mains — Lali @ 19:15

pantoufles

Certains livres vous font sourire dès les premiers mots et la première image. Tel est le cas de l’album d’Anne-Marie Fournier, Les pantoufles de ma mère, lequel raconte en quelques pages l’attachement qu’on éprouve pour un objet qui fait partie de notre quotidien. Un objet qui a fait son temps et qui est tellement usé qu’il est plus que temps de le remplacer.

Mais des pantoufles, c’est précieux et ça n’a rien d’anodin. La jeune narratrice le comprendra quand chacun, à tour de rôle, voulant faire plaisir à la propriétaire de ces pantoufles en satin rose avec une boucle sur le dessus, si usées qu’elles ont été de nombreuses fois recousues et qu’un des gros orteils sort de l’une d’elles, n’arrivera à trouver les pantoufles adéquates. Celles choisies par le papa sont bien trop poilues alors que celles achetées par le grand frère, garnies de pompons bleu ciel, sont bien trop colorées. Quant à celles qui rappellent des singes en peluche, choisies pourtant avec amour par sa fille, pas question de les enfiler, ce n’est vraiment plus de son âge…

Décidément, cette maman est bien difficile! Tant que ça? Que non! Il suffit juste qu’une grand-mère qui connait bien sa fille choisisse la bonne paire. Mais je ne vous la décrirai pas, c’est le punch de l’histoire!

L’album, illustré avec beaucoup d’humour et d’imagination par Christian Quesnel, est festif en même temps que porteur de message. On ne remplace pas un objet par un autre, aussi usé soit-il. Il faut attendre le bon, celui auquel on voudra bien s’attacher, parce que c’est celui-là et pas un autre. Ça peut être un pull, une tuque, un pyjama, des pantoufles. L’important n’est pas là, mais dans le respect envers le propriétaire du pull tout taché, de la tuque devenue trop petite, du pyjama décoloré, des pantoufles trouées, lequel n’est pas en mesure de se départir de son bien au profit d’un tout neuf et tout beau qui ne lui convient pas.

Les pantoufles de ma mère, un album autant pour les enfants que pour les parents.

Le café bar

Filed under: Couleurs et textures,La carte postale du jour — Lali @ 12:00

Café bar

Il me semble bien sympathique ce café bar peint par André Renoux déniché par Anne Marie dans un vide-greniers de Morlaix. On y va?

Ce que mots vous inspirent 1344

Filed under: Ce que mots vous inspirent,Couleurs et textures — Lali @ 8:00

FOX (Emanuel Phillips) - 5

Le poème est l’amour réalisé du désir demeuré désir. (René Char)

*toile d’Emanuel Phillips Fox