Lali

25 février 2016

Les chats blancs

Filed under: Couleurs et textures,La carte postale du jour — Lali @ 12:00

An uninvited guest - toile dArthur Heyer

Coup de cœur pour cette toile du peintre hongrois Arthur Heyer dont j’ai découvert le travail il y a peu.

Marion a réussi – sans le savoir – à réunir trois de mes passions dans une seule carte postale : la peinture, la lecture et les chats.

Un commentaire »

  1. Gentil Minou.

    Je me souviens, d’un transfert d’énergie, énigmatique pour certains, agaçant pour d’autres, dont le surplus me mit un jour fort mal à l’aise.
    Un copain, (un copain est une chose presque inconnue de nos jours. Si vous en trouver par hasard, empailler le pour le conserver).
    Il y a de cela… Plus que cela.
    Donc, un copain me demande le service de l’accompagner, car il avait effectué quelques menus travaux chez une vieille précieuse et il n’osait pas y retourner seul pour se faire payer.
    On sonne.
    Non, je sonne, une vieille dame très bien nous fait entrer dans un boudoir vieille France, meubles anciens, porcelaines, toiles de maître, parquets cirés, tapis d’orient, et un vieux chat ancien lui aussi, a poils longs, très longs.
    La vieille dame, nous demande de patienter un instant, le temps d’aller dans la pièce voisine chercher l’enveloppe du jeune homme.
    Pendant ce temps, gros vieux Minet se caresse sur les bas de pantalon du fameux copain, tout en lui laissant force nombre de poils accrochés.
    Excédé, qui pour l’occasion venait de mettre son unique pantalon de sortie, chasse le Matou d’un sévère coup de pied, l’imbibant certainement de plusieurs g.
    (ce g en région Parisienne s’évalue à environ 9.81m/s2).
    Suivant la voie des vecteurs, cette énergie transférée au greffier rhumatisant le déplace dans l’espace ainsi que dans le temps ( il paraît vingt ans de moins), vue que le parquet ciré n’impose qu’une résistance dérisoire et me donne même l’impression de servir d’accélérateur, mais ce n’est qu’une impression, car comme cela à vue de nez, pour quantifier cette énergie cinétique, disons :
    Ec d’un point matériel de masse m égale au travail produit au cours d’un déplacement élémentaire de longueur l.
    Si l, la longueur du boudoir, soit:
    dEc = FX . § lX, où FX
    La force exercée sur le point sacrilègié là, soit les fesses de gros Minet .
    Et §lX le vecteur déplacement élémentaire, matérialisé par la traîné des papattes sur le parquet ciré.
    La relation fondamentale de la dynamique enseignant que
    FX = m . dvX/ dt,
    Il en ressort que:
    dEc = mdvX . §lX/dt.
    En intégrant les deux membres de cette égalité entre deux points M1 et M2 du déplacement, de vitesses v1 et v2, on obtient la variation d’énergie cinétique entre ces deux points:
    DEc = Ec2 – Ec1 = 1/2 mv22 – 1/2 mv12.
    C.Q.F.D.
    Brave Minou, DEc, étonné, traverse la pièce, du point M1 à M2, le déplacement.
    Arrive au tapis, (M2).
    La variation d’énergie cinétique représentée par v, v égalant v1 moins v2. .
    Tout ceci arque bouté sur ses pattes avants jusqu’au tapis (M2).
    On peut résumer en disant :
    Un bon coup de pied au cul !
    Là, l’onde de choc provoquée par cet apport imprévue d’énergie, se traduit par des vagues formées par le dit tapis, matérialisant très bien l’effet d’onde.
    J’abrège.
    La vieille dame, arrivant par l’autre extrémité du tapis, éberluée, n’en croit pas ses yeux.
    « Regardez, comme il est content de vous revoir.
    Vous savez jeune homme, cela fait des années que je ne l’ai pas vu jouer comme cela.
    Il faut revenir le voir. »
    Pire que le Matou de Monsieur Schrödinger !
    Car moi aussi j’aime les Chats. !
    Un Haret (chat sauvage) vient souvent me rendre visite et à ma porte se roule sur le dos pour faire comprendre à ses enfants, qu’ici on est bien
    Merci Matou ! Un peu de lait !
    Pierre

    Comment by 10Douze27 — 25 février 2016 @ 13:06

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire