Lali

23 juin 2009

Le recueil de Raymond Martin 3

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

bazilenko-vasily.jpg

J’aime l’improbabilité des rencontres. Comme celle entre les mots du poète Raymond Martin et celle de la lectrice du peintre Vasily Bazilenko. Rencontre qui allait faire choisir à cette celle-ci ce court poème :

l’œil terne
loin des appels clairs
non plus l’ivresse
comme de coutume
mais l’abandon
d’une proie

tu te cherches
tu me fermes les yeux

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire