Lali

13 mars 2012

The Crooners, oubliez ce nom!

Filed under: Trois petites notes de musique — Lali @ 14:29

Rarement ai-je eu droit à tant d’amateurisme de la part de supposés professionnels, puisque le spectacle tourne depuis deux ans déjà selon l’article de Corinne Laberge dans Cités nouvelles. Blagues de mauvais goût, enchaînements plats et danseuses à peine habillées et sans talent ne sont que quelques-uns des éléments de cette soirée à oublier au plus vite.

Pourtant, les couleurs annoncées étaient autres quand les billets ont été mis en vente il y a quelques mois. Et quiconque aime Frank Sinatra, Dean Martin et Tony Bennett ne pouvait qu’être attiré par une soirée où ils seraient mis à l’honneur. Mais de bien piètre manière, en général, par les deux piliers du groupe The Crooners, à savoir Yanick Lanthier et Christian-Marc Gendron, lequel s’est autorisé à faire de l’autopromotion en nous interprétant deux chansons de son répertoire personnel, sans intérêt. Des trois chanteurs, un seul se démarque et ce n’est pas un de ceux qui font partie du trio puisqu’il agissait à titre de remplaçant : Don Campbell. Voix qui porte et juste, une « classe » qui manque aux deux autres, ce ne sont là que quelques-unes des qualités de celui que ses confrères n’ont pas pris la peine de nommer et de remercier à la fin du spectacle, alors qu’ils se sont félicités entre eux, ce qui ajoute à leur non-professionnalisme.

The Crooners sont soutenus par d’excellents musiciens. Tellement bons qu’ils ont presque tout le temps enterré les chanteurs. N’y a-t-il personne chargé de la sonorisation dans leur équipe ou dans celle de la salle? C’est à se le demander…

Je retiendrai tout de même un joli moment de toute cette soirée : Les talons hauts de Robert Charlebois. Une chanson que je ne pensais pas trouver dans le répertoire du groupe, mais qui est étonnamment bien servie par le trio au milieu d’autres que je préfère ne pas mentionner pour éviter que leur interprétation même pas digne de sous-sol d’église ne me revienne en tête.

Autrement dit, oubliez The Crooners, mais retenez le nom de Don Campbell!

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire