Lali

4 juillet 2021

En vos mots 743

Filed under: Couleurs et textures,En vos mots — Lali @ 8:00

Comme j’ai eu un véritable coup de foudre pour le travail de Granick, j’ai choisi de vous proposer pour ce nouvel En vos mots sa vision des bouquinistes du Pont-Neuf.

À vous de faire le tour des étals afin d’y trouver un trésor dont vous n’imaginiez pas l’existence ou de dénicher ce livre de votre enfance que vous ne pensiez jamais feuilleter de nouveau. Et de nous le raconter…

Aucun commentaire ne sera validé avant dimanche prochain, ce qui vous laisse le temps de lire les textes déposés sur la toile de dimanche dernier et d’écrire quelques lignes.

D’ici là, bon dimanche et bonne semaine aux envosmotistes et à ceux qui les lisent!

2 commentaires »

  1. Paris des bouquinistes,
    Paris ville de velours.
    Paris ville d’artistes,
    Paris ville d’amour.

    Comment by anémone — 7 juillet 2021 @ 14:47

  2. Je ne me souviens plus de ce qui m’a poussé à acheter l’Histoire du Music-Hall par l’Académie du cirque et du music-hall). La mémoire a de ces choses qui finissent toujours par nous questionner. Un jour ou l’autre.
    Il est vrai que parfois je me dis que c’est sûrement par curiosité et par goût de la musique. D’autres fois, je penche pour mon goût maladif des livres anciens. Et je divague sur toutes ces mains qui les ont feuilletés et qui sait, caressés tendrement. Même si cela peut sembler étrange, je me demande de quoi se souviennent les livres de ceux qui les ont lus, bien au-delà des mots qui ne voulaient pas alors dire exactement la même chose que nous prétendons qu’ils nous disent de nos jours.
    Peut-être aussi parce que, à travers les pages, je découvre un monde sans autre témoin que ce qui été décrit par ceux qui l’ont vécu.  La mémoire incontestable des choses.
    Toujours est-il que je ne me souviens pas de ce qui m’a poussé à acheter l’Histoire du Music-Hall.
    Je le regarde et il ne me revient que le souvenir d’une fin du jour. Paris. Les bouquinistes du quai de la Tournelle, à un jet de regard de Notre-Dame. Le parfum de Sophie. Ses lèvres. Et sa voix à mon oreille : « Je t’aimerai encore quand on ne s’aimera plus ». Pareil.

    Comment by Armando — 11 juillet 2021 @ 3:33

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire