Lali

9 janvier 2009

L’anthologie 6

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

dean-colin-3.jpg

Il y a longtemps que je n’avais lectrice aussi absorbée que celle peinte par l’artiste Colin Dean. Visiblement, l’Anthologie de la poésie française contemporaine les trente dernières années la captivait. Et c’est sur ce poème qu’elle s’est arrêtée. Longtemps. Très longtemps.

On s’en vient seul

On s’en vient seul et on s’en va de même.
On s’endort seul dans un lit partagé.
On mange seul le pain de ses poèmes.
Seul avec soi on se trouve étranger.

Seul à rêver que gravite l’espace,
Seul à sentir son moi, de chair, de sang,
Seul à vouloir garder l’instant qui passe,
Seul à passer sans se vouloir passant.

(Liliane Wouters)

Tu n’es pas comme les autres

rubin-alan-2.jpg

La phrase est banale. Et pourtant, elle porte en elle tout ce qui différencie. Dans un sens ou dans l’autre. Exclusion et rejet, ou admiration et empathie. Tu n’es pas comme les autres, et plus de tiédeur, mais un cri ou un jugement. Tu n’es pas comme les autres et la liste des parce que qui fait pencher le plateau de la balance. Oui. Non. Pas de je ne sais pas ou d’hésitation.

Tu n’es pas comme les autres. Signe qu’on dérange. Qu’on n’entre dans un aucun moule. Qu’on ne ressemble à personne à l’heure où tout le monde veut ressembler à son voisin et passer inaperçu.

Tu n’es pas comme les autres. Qui peut pourtant être le plus beau de tous les compliments. Qui devrait l’être.

*sur une toile d’Alan Rubin

Joaquim et l’Alfama

Filed under: À livres ouverts — Lali @ 18:45

amants-de-lalfama.jpg

Il s’appelle Joaquin. Il est professeur de mathématiques à Lisbonne. Elle s’appelle Matilda. Traductrice, elle a rencontré Joaquim à Bruxelles à la veille de son retour au Portugal, son doctorat en poche. Elle est partie le rejoindre. Ce ne sont pas Les amants de l’Alfama, mais peut-être aussi le sont-ils.

Quand le livre s’ouvre, c’est la veille de la Toussaint et Matilda vient de quitter Joaquim, qu’elle trouvait semble-t-il, un peu tiède. D’elle, on apprendra tout ce qu’il y a à savoir, alors que pendant 24 heures, Joaquim fera le tour de lui-même, du passé, de ses souvenirs et de ses fantômes. Alors que, de rencontre en rencontre, toutes aussi improbables qu’insolites, ou tout à fait vraisemblables et qui ne peuvent se produire que cette nuit-là, il entendra au détour de phrases prononcées par d’autres celles de l’aimée dont il est convaincu qu’il ne guérira jamais.

Devant un triptyque de Bosch, affalé sur la place du Commerce où il rencontre un capitaine borgne et son chien, au bord du Tage où une prostituée en mal de compagnie vient s’asseoir avant de l’entraîner dans une cave où on boit tout son content jusqu’à dépasser l’ivresse, partout c’est la voix de Matilda qui viendra ponctuer les récits de chacun.

Des récits colorés, où l’imagination côtoie les souvenirs de chacun, où Lisbonne devient une galerie de personnages issus des textes de Camões, où le bagaço coule à flots à mesure que la nuit avance et que chacun réveille ses morts. Tandis que Joaquim ne parvient pas à oublier Matilda malgré l’ivresse, malgré toutes ces histoires dont on lui fait part et qui ne parviennent qu’à mettre en évidence la sienne.

Joaquim comprend en quelques heures le sens du mot aimer. La douleur de la perte. Le sens profond de ce qu’est la saudade. Et avec lui, nous verrons Lisbonne, le Tage et les caves de l’Alfama. En nous naîtra ce désir de partir. Là. De l’autre côté de l’océan. Là. D’où sont partis ces marins qui sont allés jusqu’à Terre-Neuve. Là. Pour trouver Les amants de l’Alfama de l’auteur québécois d’origine brésilienne Sergio Kokis. Un livre magnifique.

Un charme certain et un certain charme

Filed under: Signé Lilas,Vos traces — Lali @ 14:48

dsc_0007.JPG

J’ai beau me plaindre, il n’en reste pas moins que la neige a un certain charme ou un charme certain et qu’elle réveille en chacun d’entre nous l’enfant qui sommeille. Hélas, pas une seule société n’a pensé à instaurer une pause balles de neige en après-midi, ce qui nous réconcilierait tous avec la saison, j’en suis certaine. Surtout dans un décor comme celui qu’a déniché Lilas

La suggestion du 9 janvier 2009

Filed under: Couleurs et textures,La suggestion du jour — Lali @ 12:01

chiche-portiche-lionel.jpg

Des anagrammes que je dédie à Olivier de Bloguer ou ne pas bloguer, mais qui devraient plaire à tous, constituent ma suggestion du jour. À moins que vous ne préfériez la lecture du journal avec croissant et café proposée par l’artiste Lionel Chiche-Portiche?

On va à Bruxelles?

Filed under: Scènes livresques,Signé Armando,Vos traces — Lali @ 10:51

2009_03_01__lali_img_0075.jpg

Je crois bien que l’ami Armando a trouvé un endroit tout désigné pour nous. Il ne nous reste plus qu’à partir pour Bruxelles!

C’est ce que nous saurons dimanche

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 8:00

von-oost-le-vieux-jacques.jpg

Le jeune homme écrivant peint par Jacques Von Oost le Vieux semble bien appliqué. Se pourrait-il qu’il soit en train de donner des mots et une histoire à la toile de cette semaine? C’est ce que nous saurons dimanche…

Dès ce soir minuit

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 7:28

bestoff-simon.jpg

Si vous avez aimé la fin de semaine consacrée aux sculptures mettant en vedette des lecteurs et des lectrices il y a quelques mois, peut-être serez-vous heureux de savoir que c’est cette fin de semaine qu’il y en aura une autre. C’est ce que m’a dit le personnage de Simon Bestoff, en filant sans laisser d’hyperlien valable pour que je puisse vous le présenter. Mais tout fier de me dire qu’il avait installé toutes les pièces avant de se figer pour l’éternité.

En espérant que vous serez au rendez-vous samedi et dimanche, pour commenter ou non, mais au moins pour le plaisir des yeux.

Le Luxembourg, encore!

Filed under: Signé Chantal,Vos traces — Lali @ 6:16

p1000075.jpg

p1000076.jpg

p1000077.jpg

p1000059.jpg

p1000058.jpg

p1000086.jpg

p1000087.jpg

p1000080.jpg

p1000085.jpg

p1000064.jpg

p1000068.jpg

Une vraie visite du jardin du Luxembourg n’est pas complète si on ne va pas voir le bassin. C’est là que Chantal nous attend pour la fin de la promenade commencée mercredi. C’est Denise qui va être contente!

À quoi ressemblera le ciel?

Filed under: Vos traces — Lali @ 5:37

pict1089.JPG

pict1091.JPG

Le ciel est encore noir, mais je rêve déjà à ce qu’il deviendra dans peu de temps. Sera-t-il rose, sera-t-il bleuté? Ressemblera-t-il à celui de la campagne aux alentours de Gand, si joliment croqué par Jean-Marc?