Lali

23 juillet 2013

La folle de Warshaw

Filed under: À livres ouverts — Lali @ 19:00

Seuls les Montréalais de longue date ont connu Warshaw, l’épicerie-bazar du boulevard Saint-Laurent, fondée en 1932. Les autres en ont entendu parler, Warshaw ayant fermé ses portes en 2002. Lieu indescriptible et unique, l’endroit a fait l’objet d’un court métrage qui doit absolument être visionné par ceux qui n’en ont jamais eu vent avant la lecture de La folle de Warshaw, le roman de Danielle Phaneuf, publié en 2005.

C’est dans les allées de cet endroit-culte, fréquenté quotidiennement par « la folle de Warshaw » afin d’y faire la trouvaille du jour ou du siècle, que mous faisons connaissance avec cette acheteuse compulsive qui ramène chez elle légumes rabougris, bibelots un peu abîmés, babioles sans style pour tenir compagnie à celles qui trônent déjà partout. Armée de son caddie, elle va d’allée en allée, jamais rassasiée, en quête de ce qui pourra la satisfaire et remplacer pendant quelques heures ou quelques jours tout ce dont elle est privée.

Mais l’homme de sa vie ne se trouve dans aucune rayon. Et si jamais il y était, remarquerait-il cette femme de 46 ans aux rondeurs trop accentuées, accro aux soldes? Saurait-il détecter tout ce qu’elle a à offrir malgré ses crises existentielles entre deux prises d’anxiolytiques? Serait-il en mesure de lui faire oublier ses ex et d’éloigner d’elle l’attrait qu’elle éprouve pour la classique tentative de suicide dans le métro? Son cordonnier a bien essayé, si on peut appeler « essayer » le silence qui le frappe tant il est ému.

La folle de Warshaw est pourtant attendrissante et attachante avec tous ses travers et cette façon d’errer dans la vie qui l’empêche d’avancer. Elle peut même parfois être drôle. Et si vraie qu’on se dit qu’on l’a peut-être un jour croisée…

Il est parfois des romans qu’on dévore, parce que le style est alerte, la plume incisive et sans concession, et le personne principal admirablement dessiné. C’est le cas de La folle de Warshaw. Dommage que Danielle Phaneuf n’ait rien écrit depuis.

Titre pour le Défi Premier Roman

2 commentaires »

  1. Un livre touchant, à ce que je lis.

    Comment by Anne — 24 juillet 2013 @ 5:07

  2. Un roman lu il y a un bon bout mais je me souviens d’un très bon moment de lecture. Tu as raison, dommage qu’une belle plume comme dame Phaneuf soit muette depuis.

    Comment by Suzanne — 26 juillet 2013 @ 9:11

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire