Lali

12 août 2006

Je ne serai jamais une magasineuse

Filed under: Revendications et autres constats — Lali @ 19:41

shopping

Je ne dois pas être une vraie femme. Car de tout temps, je n’ai jamais aimé le magasinage, même adolescente, alors que mes amies et ma sœur pouvaient passer des après-midis dans les centres commerciaux à essayer des chaussures, des jeans et des jupes. J’ai pourtant essayé. Mais rien à faire, devoir aller magasiner me rend malade.

Je me suis encore essayée à la chose aujourd’hui, puisque mes parents m’ont donné un budget pour m’habiller en guise de cadeau d’anniversaire. J’ai essayé des jupes trop longues qui, si on les raccourcit, perdront leurs volants ou le plus joli des motifs; des jupes qui remontent trop haut sur la cuisse quand on s’assoie; des pulls faits pour celles qui mesurent 1,80 m. Et tout ça après avoir farfouillé longtemps pour trouver à ma taille, et pas du brun, la couleur à la mode, parce que je déteste le brun. Combien de boutiques? Combien d’opérations de déshabillage-habillage-rhabillage? Je préfère ne pas y penser, surtout que je suis rentrée bredouille, la tête en compote. Passer l’aspirateur est plus agréable.

C’en est à se demander comment deux sœurs peuvent être aussi différentes. Oui, j’aime bien porter de jolis vêtements qui me vont, mais je n’aime pas aller les acheter. Monique peut passer des heures à faire boutique après boutique pour dénicher un seul morceau de vêtement, enfin deux ou trois. Elle aime ça et elle est douée. Tant mieux, car je m’habille à même sa garde-robe des années passées!

Tout ça pour dire qu’il m’a fallu une sieste de deux heures pour me remettre d’autant de temps dans les magasins… Je rends mon sac de magasineuse à qui le veut.

2 commentaires »

  1. Je veux bien de « ton sac de magasineuse », Lali, juste pour mettre ces trois mots : « magasiner, magasinage, magasineuse » que nous avons abandonnés au pays de Hugo, alors qu’ils sont tellement plus évocateurs que ce verbe trop banal « faire » (les magasins…des courses, des achats ou… du shopping ! ) Et quel équivalent trouver pour « magasineuse » (existe-t-il un masculin ?!) Le correcteur orthographique met sa petite guirlande rouge pour signaler son ignorance ! Mot qui laisse pourtant entendre le dur labeur de celle qui part en quête de ce qu’elle ne va peut-être pas trouver ! Une bataille à livrer, l’aventure au coin de la rue !

    Comment by Reine — 23 août 2007 @ 16:33

  2. De temps à autre, j’aime bien partir de la maison pour « magasiner » en ville. Mais lorsque je constate que les tailles sont du 36 fillettes avec des teintes criantes, je renonce. Il faut que je passe devant une vitrine pour voir un joli vêtement et que cela me fasse « tilt » mais lorsque mes yeux se posent sur l’étiquette, oh là là, je passe mon chemin. C’est bien connu, lorsque l’on voit quelque chose de beau, il faut y mettre le prix. Alors, encore une fois non et je suis comme Lali, je rentre bredouille.
    Et oui, Reine, se vêtir est une rude bataille !

    Comment by Denise Rossetti — 24 août 2007 @ 7:34

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire