Lali

11 août 2006

Dites crème brûlée et j’arrive

Filed under: Le plaisir des papilles — Lali @ 23:56

cremebrulee

L’amitié goûte peut-être la crème brûlée. Du moins, était-elle exquise et veloutée à souhait, celle de soir, aux bleuets, prise au Magellan, rue Ontario, en compagnie de Françoise. Elle qui aime tant les livres et qui, durant son adolescence, a travaillé dans une librairie en Bretagne, m’a rencontrée aussi dans une librairie, moi qui aime tant la Bretagne. Analogie, chassé-croisé, appelez cela comme vous voulez, puisque le hasard n’existe pas vraiment, et que le pourquoi de tout ce qui nous arrive dans la vie ne s’explique pas toujours sur le coup, mais des années plus tard, et encore, peut-être pas totalement.

Plaisir des retrouvailles après près de huit mois sans nous voir, des mois où je suis restée murée dans mon silence, parce que ce que j’avais envie de partager avec Françoise n’était sûrement pas la liste de mes soucis et de mes tristesses, mais plutôt une soirée à parler de livres et de la vie.

Et si tout a été agréable jusqu’à la crème brûlée, ce n’est vraiment qu’au moment de celle-ci, dès la première bouchée, que nous nous sommes emballées, comme si elle avait eu un pouvoir magique. Je le concède, j’exagère, mais je sais que le visage de Françoise irradiait de plaisir quand elle a porté à sa bouche, le succulent dessert. Et je sais que je ressentais le même effet sur ma langue.

Je suis accro au chocolat… mais jamais je ne dirai non à de la crème brûlée.

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire