Lali

16 janvier 2009

L’anthologie 13

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

umezono-kaz.jpg

La lectrice peinte par Kaz Umezono, elle qui aime tant Fernando Pessoa, a ouvert l’Anthologie de la poésie française les trente dernières années sans savoir où cela allait la mener, sans savoir si un poème lui parlerait. Et pourtant…

Je ne sais pas si Fernando Pessoa a vraiment existé
(en admettant que nous sachions ce qu’exister veut dire),
mais je pense qu’il existe autant
que chacun de nous pense qu’il existe.
Et qu’en ce sens il est unique.
Non pas au sens où chacun de nous est unique
– ou croit l’être –
mais au sens où Fernando Pessoa est unique,
c’est-à-dire comme un géranium
au milieu d’autres géraniums,
c’est-à-dire comme tout le monde.

Ce qui le rend différent de beaucoup d’autres poètes
c’est son indifférence à tout,
y compris à la poésie et à l’indifférence.
Son indifférence n’est pas une pose, ni une attitude.
Elle est l’expression d’une intelligence en alerte.
Pour Fernando Pessoa, être intelligent c’est douter de tout,
y compris de l’intelligence et du doute,
c’est chercher à se défaire de ce qu’on a appris.
Fernando Pessoa manie son intelligence
comme le contrebandier de Valery Larbaud se sert
de son petit miroir de poche
pour s’assurer que les douaniers ne sont pas à ses trousses.
Je crois qu’il avait un regard de mouche.
Que ses yeux de mouche lui permettaient de tout voir
en même temps, une chose et son contraire,
plus quelque chose qui n’est pas exactement son contraire
et qui est, en fin de compte, la même chose.

En admettant que Fernando Pessoa ait jamais existé
(et que l’on soit tombé d’accord sur ce qu’exister veut dire),
je pense qu’il était ce qu’on pourrait appeler solitaire,
et qu’être solitaire comme j’imagine qu’il le fut
c’est être présent partout à la fois et présent nulle part,
c’est être en même temps tout le monde et personne.
Être Fernando Pessoa c’est être tout, à soi tout seul.
Et quelque chose qui a un rapport avec le sommeil.

T.S. Eliot avait besoin de Dieu pour aimer
et pour écrire ce qu’il a écrit.
La métaphysique donnait la nausée à Fernando Pessoa
parce que la métaphysique implique une dualité
qui lui soulevait le cœur.
Cette nausée de l’âme (qu’il entretenait
en écrivant ce qu’il écrivait)
lui fit écrire ce qu’il a écrit
jusqu’à ne plus pouvoir penser, jusqu’à cet épuisement
qui a un rapport avec le sommeil.

La dévorante banalité des choses quotidiennes
est son point de départ et son point d’arrivée.
Il ne prend pas une chose quelconque de la réalité de tous les jours
pour la monter en épingle et lui donner un sens
plus haut, ni aucun autre sens en dehors d’elle-même.
Il prend une chose banale qu’il expose un moment
à la lumière trompeuse de la métaphysique
pour la reposer, inchangée – ou presque –
dans la banalité dévorante des choses quotidiennes.

Seïgen Ishin affirmait qu’avant d’étudier le Zen
sous la conduite d’un bon maître
les montagnes sont des montagnes et les eaux sont des eaux.
Que, parvenu à une certaine vision intérieure de la vérité,
les montagnes ne sont plus des montagnes
et les eaux ne sont plus des eaux.
Mais qu’une fois atteint l’asile du repos,
de nouveau les montagnes sont des montagnes
et les eaux sont des eaux.
Je ne comprends pas très bien ce que cela veut dire,
mais je pense que Fernando Pessoa aurait été content
d’entendre cela.

Sans l’ombre d’un doute, c’est autour de cela,
ou de quelque chose d’approchant, que tourne sa lucidité
et sa rhétorique de géranium.

(Emmanuel Hocquard)

Il y eut des jours

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 22:42

selma-lola.jpg

Il y eut des jours où elle restait là, ainsi, dans sa mémoire. Immobile et immuable. Comme la plus précieuse des images. Une image à laquelle il revenait toujours. Pour ne pas perdre l’équilibre et rester vivant. Pour croire que tout n’était pas déjà écrit et qu’il en restait davantage à inscrire à même sa peau. Mots de désir et d’ivresse dans une nuit sans lune. Mots d’amour dans un matin rose. Mots de tendresse dans un après-midi ensoleillé.

Il y eut des jours où il aurait voulu entrer à jamais dans l’immobilité du tableau.

*sur une toile de Lola Selma

Un livre pour rêver…

Filed under: À livres ouverts — Lali @ 19:14

1647115.jpg

Dès qu’on ouvre Art nouveau à Bruxelles (texte de Françoise Aubry – photographies de Christine Bastin et Jacques Evard), on n’a qu’une envie : prendre le premier vol pour Bruxelles. Question d’aller voir de près le palais Stoclet, la maison Saint-Cyr, les magasins Old England qui abritent désormais le Musée des Instruments de Musique (MIM), l’hôtel Otlet, la maison Horta, l’hôtel van Eetvelde, et l’hôtel Hannon, pour ne nommer ici que quelques-unes des merveilles créées par les architectes de l’Art nouveau.

Un livre pour rêver en tournant les pages…

Le ciel de Denise

Filed under: Vos traces — Lali @ 17:23

p1030843a.jpg

Un petit morceau du ciel de Denise pour terminer l’après-midi. Pas n’importe quel ciel : un ciel fascinant!

Serait-ce l’heure de la pause?

Filed under: Signé Chantal,Vos traces — Lali @ 15:04

p1000036.jpg

p1000037.jpg

p1000038.jpg

p1000039.jpg

p1000040.jpg

p1000041.jpg

p1000042.jpg

Serait-ce l’heure de la pause? Pourquoi ne pas entrer au Cercle, tout à côté du jardin du Luxembourg? Chantal a, paraît-il, réservé quelques tables…

La suggestion du 16 janvier 2009

Filed under: Couleurs et textures,La suggestion du jour — Lali @ 12:00

bassett-barbara.jpg

Le lecteur de Barbara Bassett serait-il en train de tourner les pages d’un catalogue, à la recherche d’une chaise ou d’un fauteuil pour lire? Il devrait aller faire un tour dans cet endroit où il y a en a profusion et pour tous les goûts. Même un inspiré par le blog de Lali.

Et si c’était de l’amour?

Filed under: Signé Armando,Vos traces — Lali @ 11:23

img_0051.JPG

Pourquoi pas? C’est du moins ce qu’affirme Armando ici.

Halte où il fait bon

Filed under: Vos traces — Lali @ 10:48

tz5-16112008-089.jpg

Denise a l’œil. Elle sait toujours repérer les endroits où il fait bon faire halte. Espérons qu’il y a quelque chose de chaud à boire!

Et si vous suiviez son exemple?

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 8:00

fox-george-1.jpg

L’écrivain peint par George Fox fait bien de se mettre à la tâche tout de suite, alors qu’il se sent inspiré pour raconter à sa manière la toile de la semaine. Peut-être devriez-vous suivre son exemple, car demain vous risquez fort de vous occuper à autre chose, tant il y aura de l’animation au pays de Lali!

C’est l’hiver!

Filed under: Vos traces — Lali @ 6:04

tz5-31122008-04.jpg

tz5-31122008-14.jpg

tz5-01012009-18.jpg

tz5-01012009-17.jpg

Au cas où vous auriez encore des doutes, Denise a réuni quelques preuves pour vous convaincre de la chose. De jolies preuves, avouons-le!

Page suivante »