Lali

18 février 2012

Les vers de Robin 2

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

Chaque courbe
Chaque ligne de ton corps
Est un royaume
Une cité
Une île
J’ai accosté
Par inadvertance
Entre un brouillard et une tempête
Pour revivre encore

Robin Aubert, Entre la ville et l’écorce

*choix de la lectrice de Daniel Hernandez Morillo

La vérité en héritage

Filed under: À livres ouverts — Lali @ 19:55

C’est pour laisser des traces, aux siens d’abord, mais aux générations qui viendront, que la violoncelliste Anita Lasker-Wallfisch a écrit La vérité en héritage, un récit qui raconte en trois temps comment elle a vécu la guerre : avant, pendant et après Auschwitz.

Dans un récit sobre, presque détaché, parce qu’il lui est douloureux de se souvenir, un récit entrecoupé de nombreuses lettres qu’elle, sa mère et sa sœur Renate ont envoyées à l’ainée des filles Lasker qui avait réussi à fuir en Angleterre, elle nous livre un témoignage qui éclaire un autre pan de l’Histoire, celui-ci exploité par Arthur Miller dans sa pièce Playing for time qui a été transposée à l’écran. C’est d’ailleurs à la suite de ce film qui est avant tout la vision de Fania Fénélon, une des musiciennes de l’Orchestre des femmes d’Auschwitz comme Anita, que celle-ci a décidé de transmettre sa propre perception des choses, quelque peu différente de celle de Fania.

Les épisodes relatés par l’auteure révèlent une jeune femme décidée, qui ne perd jamais de vue ce qui l’attend, et qui reste chaque fois étonnée du cours des choses. Ainsi, celle qu’elle pensait être sa dernière heure ne le sera pas. La chance, un concours de circonstances, la phrase jetée inopinément en cours de conversation, tout cela a eu raison de ce qui aurait dû arriver et auquel elle a échappé, c’est-à-dire à la chambre à gaz.

Cette phrase qui lui a sauvé la vie, c’est la réponse donnée par Anita à la question qu’on lui a posée à son arrivée au camp. Que faisait-elle avant? Avant la guerre, avant la prison, avant d’arriver à Auschwitz. « Je jouais du violoncelle. » Quatre mots. Il n’en fallut pas plus pour qu’Anita soit intégrée à l’orchestre que dirigeait Alma Rosé, la nièce de Gustav Mahler, dont on explique mal la mort sinon que par un possible empoisonnement par une des détenues.

Cet orchestre, créé par la Polonaise Zofia Czajkowska, professeur de musique, sur ordre de la SS, regroupaient des musiciennes jouant de tous les instruments propres aux orchestres symphoniques mais aussi de tout autre instrument folklorique auquel Alma trouvait un usage afin d’épargner un maximum de femmes de la mort. C’est donc à un orchestre hétéroclite qu’a été intégrée la jeune Anita, un orchestre qui n’en avait pas moins ses règles, auxquelles on ne dérogeait pas. Cette discipline stricte à laquelle les musiciennes se plièrent leur sauva la vie en n’attirant pas le regard sur les moins fortes physiquement ou musicalement, ou les deux, celles-ci se trouvant constamment entourées plutôt que sur la sellette.

C’est la musique qui a sauvé Anita Lasker-Wallfish. Elle ne pouvait, par la suite, que lui consacrer sa vie.

challenge-des-notes-et-des-mots-4.jpg
détails ici

Une fleur, juste une fleur

Filed under: Signé Armando,Vos traces — Lali @ 14:01

C’est exactement ce dont j’avais besoin cet après-midi. Armando, qui l’a prise en photo, lirait-il dans mes pensées?

Quand j’aurai fini de rêver

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 10:30

Le printemps commence à pousser l’hiver vers la sortie. Pas avec vigueur, mais tout de même. Les signes sont là. La neige qui fond. Quelques oiseaux qui rentrent au bercail. Le jour qui arrive plus tôt et qui nous quitte plus tard. Tous ces petits détails qui donnent envie d’aller dehors.

Ce que je vais faire. Quand j’aurai fini de rêver.

*toile d’Anne-Catherine Phillips

Le vôtre, peut-être?

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 8:00

La toile est accrochée depuis dimanche. Une autre vous sera proposée demain.
Trois textes attendent déjà leur validation. Y en aura-t-il d’autres?
Le vôtre, peut-être?
Nous le saurons dans 24 heures exactement.

*toile de Richard Piloco