Lali

7 août 2013

Un musicien déchu

Filed under: À livres ouverts — Lali @ 19:39

Il y avait longtemps que je n’avais eu l’occasion de côtoyer des personnages aussi survoltés, passionnés et empreints d’un idéal suranné que ceux de la nouvelle de Tolstoï parue en 1858, Un musicien déchu, qui met en évidence ce que l’on appelle volontiers l’âme russe, à laquelle est presque aussi impossible de donner une définition que la saudade.

Albert, un violoniste qui a tout perdu, son emploi, celle qu’il aimait et qui n’était pas éprise de lui, un toit et l’estime de lui-même, est ce musicien déchu auquel s’attache Délessov, un aristocrate qui voit en lui un violoniste d’exception qu’il faut à tout prix sauver de ses démons et de l’alcool tout en faisant en sorte que son immense talent soit reconnu à sa juste mesure.

Mais on ne sauve pas qui ne veut pas être sauvé. Délessov le savait en hébergeant Albert afin le remettre sur « le droit chemin », mais il espérait secrètement faire mentir l’adage. Or, Albert, dans sa désespérance, son errance, sa quête de plaisirs éphémères pour oublier la tristesse de sa vie, son goût (immodéré) pour la fête, ne tient pas à être sauvé de lui-même ni à échapper à la vodka et au vin qui lui permettent de sortir de sa torpeur.

Un musicien déchu ne sort pas de l’exercice que s’est imposé l’auteur, à savoir le portrait d’une âme profondément blessée, mais c’est un portait à la hauteur de celui qui a su dépeindre le peuple russe avec justesse, un écrivain qui avait un amour de la musique qui n’est pas sûrement pas étranger à celui qu’éprouve Délessov.

Un texte qu’on souhaiterait davantage connu.

Titre pour le Challenge Des notes et des mots

Un commentaire »

  1. Merci pour cette découverte qui t’a passionnée.

    Comment by Anne — 8 août 2013 @ 3:51

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire