Lali

15 avril 2018

Un dimanche dadaïste 10

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 20:01

ORONSKA (Katarzyna) - 8

de la lampe d’un lys naîtra un si grand prince
que les jets d’eau agrandiront les usines
et la sangsue se transformant en arbre de maladie
je cherche la racine seigneur immobile seigneur immobile
pourquoi alors oui tu apprendras
viens en spirale vers la larme inutile

perroquet humide
cactus de lignite gonfle-toi entre les cornes de la vache noire
le perroquet creuse la tour le mannequin saint
dans le cœur il y a un enfant – une lampe
le médecin déclare qu’il ne passera pas la nuit

puis il s’en va en lignes courtes et aiguës silence formation siliceuse

quand le loup chassé se repose sur le blanc
l’élu chasse ses enfermés
montrant la flore issue de la mort qui sera cause
et le cardinal de france apparaîtra
les trois lys clarté fulgurale vertu électrique
rouge long sec peignant poissons et lettres sous la couleur
le géant le lépreux du paysage
s’immobilise entre deux villes
il a des ruisseaux cadence et les tortues des collines s’accumulent lourdement
il crache du sable pétrit ses poumons de laine s’éclaircir l’âme et le rossignol tourbillonnent dans son rire – tournesol
il veut cueillir l’arc-en-ciel mon coeur est une astérie de papier
à missouri au brésil aux antilles

si tu penses si tu es content lecteur tu deviens pour un instant transparent
ton cerveau éponge transparente
et dans cette transparence il y aura une autre transparence plus lointaine
lointaine quand un animal nouveau bleuira dans cette transparence

(Tristan Tzara)

*toile de Katarzyna Oronka

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire