Lali

10 septembre 2017

Un dimanche avec Raymond Lévesque 7

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 14:01

JARVIS (George)

Les passants

Nous sommes des passants
Qui passent
Chacun à sa façon.

Il y en a qui passent à côté
Et qui s’en vont le dos courbé,
Puis ceux qui passent par-dessus,
Des malins ou les parvenus.
D’autres passent par en dessous,
Des hypocrites ou des filous.
Beaucoup passent en passant,
Sans savoir pourquoi ni comment.
Certains passent tout gênés
En ayant l’air de s’excuser.
D’autres tout naïfs et tout tendres
Chercheront toujours à comprendre,
Mais ceux-là qui comprennent tout
Mettront la pagaille partout.

Nous sommes des croulants
Qui croulent
Chacun à sa façon.

Il y en a qui croulent à côté.
Qui meurent sans se confesser,
Puis ceux qui croulent au-dessus,
Tapageurs pour être entendus.
Aussi ceux qui croulent en dessous,
Qui entendraient marcher un pou.
Beaucoup croulent en passant
Et vous emmerdent en se vengeant.
Certains croulent tout gênés
Avec la peur de déranger.
D’autres tout naïfs et tout tendres
Chercheront encore à comprendre,
Mais ceux-là qui comprennent tout
Crouleront en bavant partout.

Nous sommes des « tuants »
Qui tuent
Chacun à sa façon.

Il y en a qui tuent à côté
Pour ne pas se faire remarquer,
Et d’autres qui tuent du dessus,
Dessus les passants dans la rue.
Puis ceux qui tuent par en dessous,
Terrorisés par les tabous.
Beaucoup qui tuent en passant,
Comme on va dans un restaurant.
Mais certains tuent tout gênés
Ne sachant pas où commencer.
Combien tout naïfs et tout tendres
Tueront en cherchant à comprendre?
Mais ceux-là qui comprendront tout
Feront des cadavres partout.

Nous sommes des passants
Qui passent
Chacun à sa façon.

Raymond Lévesque, Quand les hommes vivront d’amour : chansons et poèmes

*toile de George Jarvis

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire