Lali

10 septembre 2017

Un dimanche avec Raymond Lévesque 4

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 6:01

CÉZANNE (Paul) - 7

Bozo-les-Culottes

Il flottait dans son pantalon,
De là lui venait son surnom,
Bozo-les-Culottes.
Y’avait qu’une cinquième année,
Il savait à peine compter,
Bozo-les-Culottes.
Comme il baragouinait l’anglais,
Comme gardien d’nuit il travaillait,
Bozo-les-Culottes.
Même s’il était un peu dingue,
Y’avait compris qu’y faut être bilingue,
Bozo-les-Culottes.
Un jour quelqu’un lui avait dit
Qu’on l’exploitait dans son pays,
Bozo-les-Culottes.
Que les Anglais avaient les bonnes places
Et qu’ils lui riaient en pleine face,
Bozo-les-Culottes.
Il n’a pas cherché à connaître
Le vrai fond de toute cette affaire,
Bozo-les-Culottes.
Si son élite, si son clergé,
Depuis toujours l’avaient trompé,
Bozo-les-Culottes.
Y’a volé de la dynamite
Et dans un quartier plein d’Hypocrites,
Bozo-les-Culottes!
A fait sauter un monument,
À la mémoire des conquérants,
Bozo-les-Culottes.
Tout le pays s’est réveillé
Et puis la police l’a poigné,
Bozo-les-Culottes.
On l’a vite entré en dedans,
On l’a oublié depuis ce temps,
Bozo-les-Culottes.

Mais depuis que tu t’es fâché.
Dans le pays ç’a bien changé.
Bozo-les-Culottes.
Nos politiciens à gogo
Font les braves, fond les farauds,
Bozo-les-Culottes.
Ils réclament enfin nos droits
Et puis les autres ne refusent pas,
Bozo-les-Culottes.
De peur qu’il y en ait d’autres comme toé
Qu’aient le goût de recommencer,
Bozo-les-Culottes.
Quand tu sortiras de prison,
Personne voudra savoir ton nom,
Bozo-les-Culottes.
Quand on est de la race des pionniers,
On est fait pour être oublié,
Bozo-les-Culottes.

Raymond Lévesque, Quand les hommes vivront d’amour : chansons et poèmes

*toile de Paul Cézanne

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire