Lali

26 mai 2011

Toute vie ne mérite pas qu’on la raconte

Filed under: À livres ouverts — Lali @ 19:34

nee-amours.jpg

Tout souvenir, toute vie hors normes ou mouvementée, ne fait pas nécessairement un bon livre. Et tout témoignage ne mérite pas d’être publié tel quel sans travail d’édition. Le récit de Josiane Kruger, Née d’amours interdites, publié chez Perrin, un éditeur spécialisé dans les romans, essais et récits historiques, aurait pourtant mérité qu’on y consacre un peu de temps et d’énergie : cela nous aurait donné un livre autrement plus étoffé.

Il n’est pas tout d’être la fille d’une mère française et d’un soldat allemand. Il n’est pas tout non plus de l’avoir appris par hasard ni d’avoir trouvé au fond d’une boîte les coordonnées d’un père à qui on écrira et qui nous visitera une fois. Il n’est pas tout de raconter sa vie, ses difficultés avec sa famille, ses déboires, ses déménagements, ses amours à la déroute, ses liens avec sa famille allemande.

Il aurait fallu bien davantage au récit de Josiane Kruger pour le rendre intéressant. Pour en faire quelque chose de moins décousu et de digne d’intérêt. Mais l’éditeur n’a pas pris le temps de guider l’auteure et le récit qu’elle nous offre n’a que très peu d’intérêt pour qui ne fait pas partie des 200 000 enfants nés dans les mêmes conditions et dont elle se fait ici la porte-parole.

2 commentaires »

  1. c’est à se demander pourquoi un tel éditeur a publié ce manuscrit… ou la couverture doit-elle suffire à faire acheter?

    Comment by Adrienne — 27 mai 2011 @ 0:38

  2. Comme quoi un sujet fondamental à priori passionnant ne produit pas forcément une littérature digne d’intérêt, si la forme est défaillante.

    Comment by Arthenice — 27 mai 2011 @ 5:48

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire