Lali

25 décembre 2007

Tandis que je me glissais dans sa peau

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 21:13

bentley

Il me semble avoir entendu des pas dans l’escalier et des portes claquer, des rires et même de la musique, mais je ne suis pas certaine de tout ça. Je suis tellement dans ma bulle d’écriture que je pourrais bien avoir rêvé tous ces sons coutumiers d’un soir de Noël. Il n’y a peut-être eu aucun bruit. Ou alors c’était il y a des heures, pusique voilà un moment que me voilà à écrire, à jeter des idées ici et là des idées à développer, à trier dans mon carnet des phrases valables écrites durant des trajets d’autobus plus ou moins longs, à chercher parmi ma galerie quelles toiles ont ce soir une histoire à raconter. Il n’y peut-être pas eu de course dans l’escalier, finalement. C’est peut-être chez l’écrivaine de Steve Bentley que tout ça s’est passé, tandis que je me glissais dans sa peau.

Un commentaire »

  1. Lorsque toute l’année on entend des bruits venant de tous côtés, je pense qu’on les entend même le soir de Noël où tout est calme…c’est devenu une habitude.

    Comment by Denise Rossetti — 26 décembre 2007 @ 15:11

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire