Lali

11 octobre 2009

Sous les arbres 24

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 23:01

becker-tempelburg-franz.gif

J’étais un arbre en fleur où chantait ma Jeunesse,
Jeunesse, oiseau charmant, mais trop vite envolé,
Et même, avant de fuir du bel arbre effeuillé,
Il avait tant chanté qu’il se plaignait sans cesse.

Mais sa plainte était douce, et telle en sa tristesse
Qu’à défaut de témoins et de groupe assemblé,
Le buisson attentif avec l’écho troublé
Et le cœur du vieux chêne en pleuraient de tendresse.

Tout se tait, tout est mort! L’arbre, veuf de chansons,
Étend ses rameaux nus sous les mornes saisons;
Quelque craquement sourd s’entend par intervalle;

Debout il se dévore, il se ride, il attend,
Jusqu’à l’heure où viendra la Corneille fatale
Pour le suprême hiver chanter le dernier chant.

(Sainte-Beuve)

*toile de Franz Becker-Tempelburg

Un commentaire »

  1. Le jardin sans la croix
    ————–

    La dame et le seigneur en leur prime jeunesse
    Ont vu les fleurs s’ouvrir et les anges voler ;
    Bercés par les chansons des oiseaux bariolés,
    Ils aimaient ce jardin qu’ils admiraient sans cesse.

    Mais au bout de sept jours, le prince et la princesse,
    Ces deux enfants de Dieu, de gloire auréolés,
    Parlèrent au serpent qui les sut enjôler ;
    Or, bien cher fut payé ce moment de faiblesse.

    Ce ne fut plus le temps d’entendre des chansons,
    Mais ce fut le début des pleurs et des frissons :
    Ils me l’ont raconté, le prêtre et la vestale.

    Comment se délivrer de ce mauvais penchant
    Qui nous fit déraper sur la pente fatale ?
    C’est ce que je ne peux vous dire dans ce chant.

    Comment by Cochonfucius — 6 août 2019 @ 6:02

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire