Lali

21 février 2011

SMS, blogs, clavardage et autres façons de communiquer

cite-fleurs.gif

Nous sommes à l’ère des SMS, des blogs, des salles des clavardage, des courriels, mais le journal intime (sur support informatique ou papier) est loin d’être désuet selon Francis Bartin, jeune enseignant en début de carrière qui vient d’arriver à l’école de la Cité des fleurs fanées (nom donné par les jeunes du quartier parce que toutes les rues ont des noms de fleurs).

Nous sommes en plein XXIe siècle, en Belgique, dans un quartier multiethnique, qui réunit des jeunes de différentes confessions religieuses, dont la langue parlée à la maison n’est pas toujours le français, dont les habitudes de vie ne sont pas partout les mêmes. Des jeunes où il y a des bons comme des méchants et qui se retrouvent en dehors de l’école dans une salle de clavardage où ils peuvent discuter « en privé ».

Cette salle accueillera Faktorye, une jeune Algérienne arrivée en cours d’année scolaire, à qui son père interdira de participer à un stage, ce qui déclenchera toute une série d’événements, car la petite bande qui se réunit pour discuter a décidé de venir au secours de leur nouvelle amie et de mobiliser chacun des élèves de 3e au moyen d’une pétition.

Une roman alerte où la plume passe de l’un à l’autre des protagonistes au moyen des journaux intimes, de courriels, de pages de blogs et de conversations dans la salle de clavardage alors que ponctuellement intervient le narrateur. Un roman dans lequel les ados se retrouveront même si à certains égards ils se trouveront confrontés à quelques clichés qui pourront les agacer, mais qui ne sont pas en nombre suffisant pour nuire à la lecture de ce roman.

Lu dans le cadre du Challenge « Littérature belge ».

challenge.gif

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire