Lali

21 mars 2011

Quelques vers de Charles Gill 2

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

hassam-frederick-childe-6.jpg

Fantaisie

Voici les jours où les pommiers
S’éveillent dans leur neige rose;
L’aube des soleils printaniers
Caresse la splendeur des roses;
L’azur immaculé des cieux,
Par l’onde calme est reflété…
Et les beaux oiseaux amoureux
Vont chanter.

Voici les soirs où le verglas
Alourdit la grâce des branches :
La tige souple des lilas
Sous le fardeau tristement penche;
Dans l’air glacial et brumeux
On entend l’aquilon gémir…
Et les petits oiseaux frileux
Vont souffrir.

Voici les nuits où l’ombre éteint
Tout ce qui brille sur la terre;
L’aile de l’aveugle destin
Palpite dans le noir mystère.
Quand sonne l’heure des adieux,
Le même sort vient tout flétrir…
Et les oiseaux mélodieux
Vont mourir.

Charles Gill, Les étoiles filantes

*choix de la lectrice de Frederick Childe Hassam

Un commentaire »

  1. Les vers de Charles Gill sont de toute beauté… comme

    « Voici les jours où les pommiers
    S’éveillent dans leur neige rose;
    L’aube des soleils printaniers
    Caresse la splendeur des roses; »

    s’accordent si bien avec la douce toile!

    Comment by Denise — 22 mars 2011 @ 10:27

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire