Lali

24 avril 2011

Quelques poèmes d’Hubert 1

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

garrido-eduardo-leon-3.jpg

Une fois de plus, j’avais laissé sur la table quelques recueils de poèmes destinés aux lectrices du soir. Sur le dessus de la pile, Eros in trutina de l’écrivain et éditeur Hubert Nyssen. Et c’est ce livre que la lectrice peinte par Eduardo Leon Garrido a décidé d’ouvrir. Au hasard. Sur ces mots :

Soie

Toi que j’appelais parfois Soie
pour ne pas te nommer en chair,
je te regarde brasiller,
montrant ce que chacun peut voir
mais que moi j’aimerais voiler
quand mes yeux cherchent à tâtons
par les échancrures des soies
la piste qui me conduira
dans l’ombre sainte de tes seins.
J’y resterais toute la nuit,
dans le silence des caresses
et le soupçon des frôlements,
pour qu’à l’aube je puisse enfin
voir se dorer dans la lumière
ces coupoles du sanctuaire
ô Soie, de l’ultime désir.

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire