Lali

2 septembre 2013

Pour l’amour du jazz et de Django Reinhardt

Filed under: À livres ouverts,Pour petites mains — Lali @ 19:43

Roman sur l’amour, l’amour d’un fils pour son père musicien décédé dans un accident de voiture, l’amour d’un adolescent pour la musique et plus particulièrement le jazz, Fils de Django vous émouvra de la première à la dernière ligne.

Ce roman qui s’adresse aux 12 ans et plus nous fait passer du rire aux larmes tout en nous donnant des pistes pour découvrir les grands guitaristes du XXe siècle ou en nous apprenant davantage sur eux. Car Alexandre a le jazz dans les veines, comme le lui a bien fait comprendre le senhor Carneiro, son professeur de guitare classique, alors que l’adolescent s’est donné l’autorisation de modifier le rythme et d’ajouter quelques notes à une pièce de Bach. Il est donc temps pour lui d’aller au bout de ses rêves et de s’adresser à un professeur dont la spécialité est le jazz, comme le lui a recommandé le senhor Carneiro. Mais les leçons sont chères. Mais pas assez chères pour qu’Alexandre ne trouve pas une solution.

C’est ainsi que le jeune homme se fera embaucher par Les Soyouz, un orchestre prisé pour animer les bals populaires, les mariages et autres fêtes de rue, dont l’âge de ses musiciens costumés en cosmonautes tourne autour de 60 ans, afin de pouvoir s’offrir ses leçons du mercredi. Il faut parfois ne pas avoir peur de se couvrir de ridicule quand on veut à tout prix réussir. C’est ce que nous prouve Alexandre, qui rêve de jouer comme Django Reinhardt, l’idole de son père et le sien, sans savoir que Reinhardt a aussi un jour de sa vie accompagné un chanteur populaire.

D’une leçon à l’autre, d’un concert à l’autre, d’un dimanche à l’autre (jour de dégustation des plats invraisemblables concoctés par l’amoureux de sa mère), Alexandre prend de l’assurance, s’affirme et ose même improviser, pour le plus grand plaisir de ceux qui l’écoutent et des Soyouz. Ce qui donne lieu à de magnifiques moments de tendresse et de complicité et à autant de scènes des plus loufoques.

Fils de Django vous donnera envie de réécouter les classiques de Django ainsi que d’autres titres proposés par Yann Mens dans une discographie en fin de roman. Et c’est avec un grand sourire que vous quitterez Alexandre : vivre ses rêves est possible.

Titre pour le Challenge Des notes et des mots

2 commentaires »

  1. Il y a une play-list pour écouter la même musique que dans le livre ?

    Comment by Anne — 3 septembre 2013 @ 9:11

  2. C’est qui vraiment ce Django?… Moi que je croyais que c’était un cow-boy j’apprends que c’est un chanteur romantique.

    Le blog de Lali, c’est une fenêtre ouverte d’où on s’envole vers les cieux de la connaissance. Dommage que j’habite un rez-de-chaussée…

    Une play liste, c’est la même chose qu’une liste qui plait?… On voit tout de suite mon niveau d’anglais, don’t we?…

    Comment by Pépé Tendresse — 3 septembre 2013 @ 9:27

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire