Lali

28 janvier 2013

Payerne, canton de Vaud, 1942

Filed under: À livres ouverts — Lali @ 19:10

Est-ce l’éditeur ou l’auteur qui a choisi de désigner Un Juif pour l’exemple sous l’épithète de roman? Le livre de Jacques Chessex, auteur que je n’avais pas lu depuis l’université — dans le cadre d’un cours sur la littérature suisse, me semble bien davantage un récit qu’un roman, l’auteur relatant ici un crime qui s’est déroulé à Payerne, dans le canton de Vaud, son village natal, en 1942.

D’un ton froid, presque distant, le narrateur relate les faits entourant l’assassinat d’Arthur Bloch, Juif désigné par une poignée de Suisses nazis et antisémites de la région dans un récit entrecoupé par ses réflexions ou par des citations de Vladimir Jankélévitch.

L’enfant que Jacques Chessex était à l’époque (il est né en 1934) est resté marqué par ce crime qu’il a porté en lui pendant plus de soixante ans avant de se décider à en laisser la trace, à l’inscrire dans l’Histoire plutôt que laisser le temps en faire une anecdote banale qu’on finira par déformer ou simplement oublier. Pour cette raison, le livre devient nécessité. Urgence. Et si le ton peut sembler distant, c’est parce que ça fait encore mal cette violence alors qu’un homme n’est pas seulement tué mais dépecé comme les bêtes qu’il achetait puis vendait. On n’enterre jamais de tels souvenirs si on ne les écrit pas.

Par contre, il n’est pas certain que cette façon de livrer ce qui est arrivé à Payerne en 1942 atteigne vraiment son but. Le livre fermé, le lecteur se dit qu’il a découvert une facette de la Suisse qu’il ne connaissait pas, ce pays ayant toujours été montré dans les livres et dans les films comme une terre d’asile pour les fuyards, qu’ils soient Juifs ou résistants. Mais au-delà de ça, on peut se demander s’il sera touché, bouleversé. Je ne sais pas. Vraiment pas.

2 commentaires »

  1. Je me souviens des remous dans la presse à la parution de ce livre, dont j’ai lu par ailleurs qu’il était d’une « beauté glaçante ». Ta réaction dubitative suscite ma curiosité, j’ai encore en tête « Quand les lumières s’éteignent » d’Erika Mann.

    Comment by Tania — 29 janvier 2013 @ 5:50

  2. Notre belle langue française comporte de nombreuses subtilités comme: DES suisses, LES suisses, LA Suisse.

    Il existe une immense différence entre l’expresion « DES suisses ont….. » et « LES suisses ont …… 😉

    Comment by Flairjoy — 29 janvier 2013 @ 7:39

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire