Lali

23 juillet 2015

L’anthologie 1

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

DIDIERLAURENT (Véronique) - 29

Entre autre villes

celle où tu reviens au bout
du compte les voyages le flanc
de la montagne taillé d’un coup
d’aile tu n’arrives pas
de très loin retraçant les marches
tes dix-sept ans des nuits d’autrefois
le vague à l’âme à force de trop lire
les poètes dont tu ne redécouvrais
qu’à quarante ans la teneur disait-on
les bâtiments dont seule subsiste la photographie
la pierre au fond du fleuve interdiction
de s’y baigner jadis les plages
les plages de l’ouest et du nord de l’île
ce fleuve dévoré
dont jamais tu ne sens la présence
bien que tu en connaisses les remous
tu le regardes rongé de lumière tu sens
à peine le train sur la piste

Michel Beaulieu, dans Poètes du Noroît

*choix de la lectrice de Véronique Didierlaurent

20 novembre 2014

Ce que mots vous inspirent 1319

Filed under: Ce que mots vous inspirent,Couleurs et textures — Lali @ 8:00

DIDIERLAURENT (Véronique) - 28

En suivant le chemin qui s’appelle plus tard, nous arrivons sur la place qui s’appelle jamais. (Sénèque)

*sculpture de Véronique Didierlaurent

30 mai 2014

Pattes d’oie 3

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

DIDIERLAURENT (Véronique) - 17

Le brouillard est levé
la lune
ronde
règne sur l’oubli

sans un mot pas une plainte
quelle beauté
indolente
clarté

Marcelle Roy, Pattes d’oie

*choix de la lectrice de Véronique Didierlaurent

21 février 2014

Les vers de Letitia 4

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

DIDIERLAURENT (Véronique) - 16

j’écris dans une nouvelle langue

une langue qui n’est pas la mienne
une langue que j’aime comme tout ce qui ne m’appartient pas
j’en prononce les paroles à haute voix
je m’en grise je renonce je persévère
ma joie mon amour ma souffrance sont-ils autres?
le poème est-il un enfant adopté?

j’écris dans une nouvelle langue
je la murmure je la caresse comme un petit chien
lentement elle vient m’habiter
elle se glisse dans mon esprit
elle commence à y bâtir des forteresses
à mon insu
ma joie mon amour ma souffrance
y sont mes enfants sans nom

Letitia Ilea, Apprivoiser le silence

*choix de la lectrice de Véronique Didierlaurent

16 janvier 2013

Ce que mots vous inspirent 840

Filed under: Ce que mots vous inspirent,Couleurs et textures — Lali @ 8:00

Les mots ont un destin d’effacement. (Marjolaine Deschênes)

*sculpture de Véronique Didierlaurent

21 septembre 2009

Un univers plus qu’invitant

Filed under: Couleurs et textures,Les trouvailles de Lali — Lali @ 17:13

didierlaurent-veronique-1.jpg

didierlaurent-veronique-6.jpg didierlaurent-veronique-13.jpg

didierlaurent-veronique-8.jpg

didierlaurent-veronique-10.jpg

Il y a parfois des univers dans lesquels on se sent si bien dès qu’on y entre qu’on n’a plus envie de les quitter. Tel est celui de l’artiste provençale Véronique Didierlaurent, dont je vous offre quelques sculptures (de lectrices, bien évidemment) en vous invitant à la suivre chez elle.

« Page précédente