Lali

10 février 2015

Les mots de Micheline 6

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

CLUYSENAAR (André Edmond Alfred)

Pourquoi l’amour est-il si léger
Derrière les paupières closes de la nuit
Si tiède au matin médusé

Ses frissons ne sont pas vivants
Comme des étoiles déjà éteintes
Ils s’étourdissent d’un reste de lumière

Micheline Boucher, Les mots sont des oies sauvages

*choix de la lectrice d’André Edmond Alfred Cluysenaar

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire