Lali

7 avril 2009

Le recueil aux pages jaunies 4

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

wiegmann-marie.jpg

Quand elle a eu terminé la lecture des poèmes de Saint-Denys Garneau, la lectrice de Marie Wiegmann est restée longtemps debout, sans bouger, la main caressant le livre aux pages jaunies de ma jeunesse. Puis elle est partie. Elle avait laissé un signet entre deux pages pour indiquer son choix.

Parole sur ma lèvre

Parole sur ma lèvre déjà prends ton vol, tu n’es plus à moi
Va-t-en extérieure, puisque tu l’es déjà ennemie,
Parmi toutes ces portes fermées, sois fermée en ton marbre implacable.

Impuissant sur toi maintenant dès ta naissance

Je me heurterai à toi maintenant
Comme à toute chose étrangère
Et ne trouverai pas en toi de frisson fraternel
Comme dans une fraternelle chair qui se moule à ma chair
Et qui épouse aussi ma forme changeante.

Tu es déjà parmi l’inéluctable qui m’encercle
Un des barreaux pour mon étouffement.

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire