Lali

9 avril 2009

Le poème de Neruda

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 20:22

wu-zhaoming.jpg

Je regarde les monuments,
leurs vieilles pierres mouillées,
mais si je touche
cette cicatrice de pierre,
c’est ton corps qui me répond
et mes doigts soudain reconnaissent,
frémissants,
ta chaude douceur
.

(Pablo Neruda)

Elle connaissait ces mots. Elle les avait lus autrefois, elle se souvient. Et quand ils se sont installés dans les pages du roman de Francis Dannemark, La grève des archéologues, elle a su une chose, une seule chose : il fallait qu’elle les transcrive pour ne pas les oublier.

*sur une toile de Zhaoming Wu

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire