Lali

23 janvier 2008

Le dictionnaire et sa lectrice

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 7:09

tidemand 2

Alors qu’il faut lui tirer du lit les quatre autres de peine et de misère, la mère de la jeune lectrice peinte par Adolph Tidemand n’a jamais aucun mal avec son aînée. Celle-ci se lève dès le premier rayon de soleil, se lave, lisse ses cheveux, s’habille et met la table. Et quand tout cela est fait, alors que seule sa mère est debout, elle s’installe là-bas, à l’écart.

La mère ne comprend pas tout à fait cette boulimie qu’a sa fille de vouloir lire le dictionnaire comme d’autres lisent un roman. Mais elle semble si heureuse qu’elle ne dit rien. Même si parfois cela lui fait un peu peur. Les jeunes filles de son âge sont si vite mises à l’écart quand elles se démarquent des autres. Surtout quand elles ont de la répartie et le sens de la précision parce qu’elles ont beaucoup lu.

Un jour, d’ailleurs, elle le lui a dit. « Ne te tracasse pas, maman, je sais jouer les idiotes avec talent. Et tu veux que je te dise? Le contraire est hautement improbable. » Et mère et fille ont ri.

2 commentaires »

  1. D’après la mise en page, je pense qu’elle lit la Bible et non un dictionnaire…

    Cela dit, quelle joie d’avoir découvert votre blog par hasard, ce matin ! Magnifique ! Et je suis loin d’avoir tout lu !
    Je continue, je reviendrai aussi. Bravo !

    Comment by agnès — 29 janvier 2008 @ 8:28

  2. Je peux suggérer un compromis : la Bible peut être un dictionnaire pour la vie !

    Comment by Reine — 29 janvier 2008 @ 17:37

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire