Lali

29 janvier 2008

La lectrice qui n’oubliait rien

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 21:26

hoette

Et peut-être qu’un jour quelqu’un se souviendra de la lectrice de Dick Hoette qu’on appelait « la fille aux livres », parfois gentiment, souvent sarcastiquement. Car il y avait chez elle quelque chose qui dérangeait et qui n’était pas le fait qu’elle lise nuit et jour. C’était cette capacité qu’elle avait de tout retenir. Pas juste les titres, les auteurs, les histoires. Elle poussait même le jeu jusqu’à tout mémoriser. Et des trucs anodins comme qui lui avait offert le livre, dans quelle librairie elle l’avait acheté, et même quel article avait orienté son choix, la rendaient dangereuse. Le plus fieffé des menteurs n’aurait jamais gagné contre une mémoire aussi inébranlable. Et comme les menteurs font légion, ils avaient laissé derrière eux celle qui se souvenait de tout et qui pourrait leur rappeler des phrases ou des situations qu’ils auraient préféré modifier ou embellir.

Mais peut-être y a-t-il parmi eux un ou deux qui se demandent parfois ce qu’est devenue la lectrice qui n’oubliait rien.

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire