Lali

26 décembre 2007

La faiseuse de mots

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 18:53

l_lesie

Je n’ai pas eu de cousines. Je n’ai pour seule image de grand-père actuel que celle de mon ami Denis qui n’a rien à voir à le grand-père raconté ce matin. J’ai par contre un lion en peluche. Mais il y a ici bien plus d’histoires inventées que de vraies, et largement, dois-je dire.

Or, je reste toujours fascinée de voir à quel point on m’identifie à des textes qui n’ont rien à voir avec moi, juste parce que, fort probablement, j’ai su raconter de telle façon que la plus imaginaire des aventures de lectrice devient réelle au point qu’on me voit dans celle-ci. Et j’avoue, ça m’amuse. Et puis, le jeu n’est pas méchant. Il ne s’agit que d’écriture, d’inspiration, d’histoires parfois glanées à droite et à gauche et amalgamées ici pour en faire une seule, d’un moment longuement raconté que je décortique en épisodes, d’impressions fugitives quand je regarde les uns et les autres au supermarchés, à l’arrêt d’autobus, dans une salle d’attente.

Je suis peut-être ailleurs alors qu’on me croit ici, là-bas, alors qu’on se dit que ça ne peut être moi. Et je m’amuse. Et si dans certaines histoires, certains se retrouvent, pourquoi pas? Et si d’autres donnent envie de les continuer ou de les commenter, encore mieux.

Je ne suis qu’une faiseuse de mots. Une inventrice d’histoires improbables ou pas. Comme l’est peut-être l’écrivaine de Linda Leslie.

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire