Lali

7 septembre 2007

Ils s’écrivent

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 7:58

mk2mk1

Ils s’écrivent. Souvent. Longuement ou juste une phrase. Et les kilomètres s’effacent tandis qu’ils se touchent des mots. Les personnages de Mollie Kellogg rêvent. Malgré les regards posés sur eux, incrédules et troubles. Comme si aimer faisait d’eux des parias. Comme si ceux qui les scrutent n’avaient jamais aimé. Ou qu’ils avaient oublié.

Ils s’écrivent. Jusqu’au jour où les portes du rêve s’ouvriront. Aucun regard, aucune remarque, aucun reproche n’aura d’effet sur eux. Aucune rumeur non plus. Ils sont sourds et aveugles pour tout ce qui n’est pas eux.

Un commentaire »

  1. A la lecture de ce texte ile me vient quelques mots d’une chanson :

    Ils s’aiment comme des enfants
    Amour plein d’espoir impatient
    Et malgré les regards

    Comment by Armando — 7 septembre 2007 @ 8:20

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire