Lali

25 décembre 2007

Et parfois, elle se souvient

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 17:22

gilman

Et parfois, ça lui revient. Ces Noëls où elle faisait de son mieux pour faire bonne figure alors qu’elle avait l’impression d’entrer dans un cirque où on aurait lâché les fauves. De la musique de Noël au salon, plus le sapin qui chante, la télé ouverte dans la cuisine, le poste de radio aussi, les trois chiens qui jappent, des guirlandes qui font le tour de la maison, tellement de bébelles de Noël partout qu’on a du mal à respirer. Ces Noëls du temps où elle avait un conjoint et des beaux-parents excentriques – est-ce vraiment le bon mot pour les définir? – et pour qui Noël était le plus fabuleux jour de l’année. Elle se rappelle qu’elle mettait une jolie robe, qu’elle tentait d’être le plus sage possible pour ne rien briser des objets de pacotille aux couleurs criardes résonnant tous de chants de Noël différents en même temps.

Et parfois, elle se souvient. Elle se dit qu’elle aurait dû partir en courant après ce premier Noël. Que plus on reste, moins on sait comment partir. Mais qu’elle a fini par savoir comment. Et que c’est le sixième Noël qu’elle passe sans cette folie de certains qui font de Noël le plus grand cirque du monde.

Et la lectrice d’Harold Gilman écoute le silence en tournant les pages.

Un commentaire »

  1. Je pense que pour la lectrice, écouter le silence en lisant le jour de Noël, fut un très doux et beau Noël.

    Comment by Denise Rossetti — 26 décembre 2007 @ 5:44

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire