Lali

26 février 2023

En vos mots 827

Filed under: Couleurs et textures,En vos mots — Lali @ 8:00

Déjà le dernier dimanche de février. Décidément, le mois le plus court de l’année a passé à toute vitesse. Mais il est loin de nous avoir donné un avant-goût du printemps en raison de la neige qui n’a cessé de s’accumuler et des 20 degrés sous zéro auxquels nous avons eu droit plus d’une fois.

Souhaitons que mars qui sera là dans trois jours change la donne! Pour l’heure, je vous invite à faire vivre ce tableau du peintre Carl Nys en vos mots, comme vous le faites semaine après semaine depuis environ quinze ans. C’est avec plaisir que nous vous lirons dimanche prochain lors de la validation des textes reçus. Profitez-en pour lire les textes déposés sur la scène livresque de la semaine dernière et même de les commenter.

Sur ce, bon dimanche et bonne semaine à tous les envosmotistes et à celles et ceux qui les lisent.


5 commentaires »

  1. Victorienne

    Dans ta robe diaphane, golden saffron
    Guêpe appuyée sur ton ombrelle
    Jusques aux bouts de tes gants longs
    Tu es si fière, tu es si belle
    Quand sous ton chapeau coquelicot
    Tu reviens à la vie

    Alors, rapporte, rapporte ces ouvrages
    Pour ton rendez-vous galant
    Adultère, et plante fort, fort ton ombrelle dans la Terre :

    Les palmiers surgiront écartant la verrière
    Et d’autres femmes, à leur tour
    Comme leurs esprits anciens
    Revenus, transporteront
    Porteront et reporteront des torches enflammées …

    Et moi, je vois encore, qu’on me dise leur courage
    D’avoir été ces femmes … mais
    Pour ce silence millénaire, vous voudrez bien l’entendre
    Celui qui réveille l’âme féminine de la Terre et des Hommes

    Oui ! Tes pieds nus mon Amour !

    Toi la femme éveillée, réveillée ! C’est le sol, c’est
    Une chose aride qui comme l’étincelle à arroser
    Aride comme union quand la rosée douce irradie l’amour divin
    Des choses dites souples et fluides
    Aux trois yeux grands ouverts

    Ô aride, et qui étincelle comme les codes de la vérité
    Aux cosmiques des cheveux qui flambent
    Et des mains qui bougent …

    Et ici je vous le demande, n’est-ce pas le sol
    Le toucher des blessures ?
    Et les pieds nus bien plantés au terreau
    Aride comme la mélodie des yeux décillés

    N’est-ce pas aimer la Terre pour la ramener à la vie ?

    Comment by Cavalier — 28 février 2023 @ 14:20

  2. Les ouvrages qu’elle à commandés
    Sont ce matin bien arrivés.
    Il faut dire qu’elle s’ennuie,
    Et se lasse des travaux d’aiguilles.

    L’hiver elle a lu quelques livres
    Mais voila que le printemps arrive.
    Fatiguée des magasins,
    Elle veut travailler de ses mains.

    Le thé avec quelques amies,
    Et les oeuvres pour les familles,
    Tout cela occupe le temps,
    Mais elle veut autre chose maintenant.

    Ne lui parlez pas de couture,
    Elle aimerait un peu d’aventure.
    Elle a bien tenté la peinture
    Mais aspire à d’autres cultures.

    Pour ne pas avoir l’air trop bête,
    Elle a choisi bille en tête
    Quelques manuels reconnus
    Dont elle va lire le contenu.

    Hors des cercles trop féminins,
    Elle voudrait forcer le destin.
    Elle va biner, semer, planter
    Aux côtés de son jardinier.

    Comment by anémone — 2 mars 2023 @ 4:33

  3. Un de nous aimait passionnément le belcanto. Et ce n’était pas moi. Pour tout vous dire, j’étais un peu fatigué d’entendre ses amis vomir leur étonnement du fait que je ne savais pas, selon eux, ce que c’était la vraie musique. L’opéra, le classique et tout ça.

    Et ils me parlaient avec leur l’air tellement supérieur que leur amour pour la musique devenait surfait.

    Elle me regardait amusée. Des Teresa Berganza, Jessy Norman, Bartoli et autres Caballé, elle en avait écouté pendant des heures. Des Plácido Domingo et des Pavarotti, elle les connaissait par cœur.

    Ne t’en fais pas, ils ne connaissent rien. La musique est autre chose. Je te ferai écouter la vraie. Celle qui bouleverse les cœurs et nous fait voyager jusqu’aux aurores les yeux fermés.

    Et dans la nuit, témoin de nos baisers, la voix de Kiri Te Kanawa (O Moi Babbino Caro) semblait tutoyer l’éternité des étoiles.

    Un de nous aimait le belcanto. L’autre aussi. Passionnément.

    Comment by Armando — 4 mars 2023 @ 23:33

  4. Bonjour Lali, je visite avec grand plaisir votre site et remercie Adrienne de m’avoir indiqué le lien menant jusqu’à vous ! Gratitude pour cette belle toile de Carl Nys qui nous a inspirées ! je reviendrai bientôt et vous souhaite une belle fin de journée en ce 8 mars 2023 ! Fraternellement vôtre,

    Comment by Emma — 8 mars 2023 @ 8:40

  5. Bienvenue à toi Emma

    Sourires et à bientôt

    Comment by Cavalier — 9 mars 2023 @ 12:33

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire