Lali

18 octobre 2020

En vos mots 706

Filed under: Couleurs et textures,En vos mots — Lali @ 8:00

Comme j’ai eu un véritable coup de foudre pour cette illustration signée Riccardo Guasco, je me suis tout de suite dit qu’elle allait être pour vous, pour vos mots, pour vos histoires.

Elle vous appartient donc pour les prochains sept jours, car aucun commentaire ne sera validé d’ici là, ce qui vous laisse amplement le temps d’écrire un texte, en vers ou en prose, et de lire les textes déposés sur la scène livresque de dimanche dernier. Et même de commenter ces derniers si vous en avez envie.

D’ici là, bon dimanche et bonne semaine à tous les envosmotistes et à ceux qui les lisent.

2 commentaires »

  1. L’éléphant qui lit
    L’éléphant lilas.
    L’éléphant au lit
    L’éléphant qui lit là.

    L’éléphant surpris,
    Et qui nous surprendra.
    L’éléphant épris
    De lecture sous les draps.

    L’éléphant indien
    Ou l’éléphant africain
    L’éléphant divin
    Dont le lit est le mien.

    Comment by anémone — 24 octobre 2020 @ 15:47

  2. En ce temps-là, jeune étudiant, je m’en allais chaque mercredi, dans l’après-midi, garder des enfants, pour quelques sous, pendant que leur mère passait quelques heures entre copines. Comme elle aimait le dire.
    Faut dire que les enfants étaient heureux de me retrouver et ces heures passées étaient plus proches de l’amusement que du travail tel qu’on pourrait le craindre. Le plus souvent, on dessinait des palais improbables aux princesses rieuses qui s’amusaient d’être emprisonnées dans une tour peinte maladroitement en rose tendresse.
    Il nous arrivait aussi de faire des jeux d’équilibre. Une sorte de Mikado mais avec des jouets. C’était rigolo. Sans plus.
    Il me vient en tête qu’un après-midi de janvier, alors qu’il faisait froid dehors, j’avais trouvé les enfants un peu trop sages, le regard accrochées à un livre d’histoires qu’on dit de 0 à 4 ans.
    Ils semblaient fascinés par l’histoire d’un éléphant que faisait la lecture à des enfants.
    Faut dire qu’ils étaient amoureux des éléphants depuis qu’ils avaient vu à la télévision les aventures d’un certain Dumbo, éléphant volant apporté par une cigogne égarée.
    Je ne sais pas pourquoi, face à leur crédulité, j’ai trouvé utile de leur expliquer que les éléphants ne volent pas pour de vrai et qu’ils ne savent pas lire, non plus. Tout cela, ce ne sont que des histoires qu’on invente pour les enfants.
    A suivi un long silence. Sarah a regardé son frère avant de murmurer avec attendrissement : Qu’il est bête.
    Et nous avons éclaté de rire. Comme des enfants heureux.

    Comment by Armando — 25 octobre 2020 @ 5:29

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire