Lali

5 avril 2020

En vos mots 678

Filed under: Couleurs et textures,En vos mots — Lali @ 8:00

Un jour, les librairies ouvriront à nouveau. Un jour, la vie redeviendra un peu ce qu’elle était avant. Ou elle sera autre. Nul ne peut nous dire avec certitude ce qui nous attend.

Pour l’heure, rêvez et imaginez, à partir de cette aquarelle de Katerina Konyukhova, le bonheur que ce sera de retrouver ces lieux que nous chérissons tant. Racontez-le en vos mots, comme vous le faites semaine après semaine, et n’oubliez pas de lire les textes déposés sur l’illustration de dimanche dernier, que je viens tout juste de valider.

C’est avec plaisir que nous vous lirons dans une semaine, et pas avant.

D’ici là, bon dimanche et bonne semaine à tous. Que celle-ci vous soit douce malgré ce que nous vivons d’incertitude.

3 commentaires »

  1. Merci Lali. Bon Dimanche à toi. Unies par la pensée chaque jour qui passe…

    Nous sommes  » citoyens du Monde « … Le Covid 19 en est le maître sans y avoir été invité!!!

    Plein bises de chez moi, ensoleillées et non contaminées, du moins jusqu’ à ce jour!

    Comment by Chantal — 5 avril 2020 @ 9:38

  2. La librairie a fermé
    Où j’aimais prendre le thé.
    C’est donc dans l’imaginaire
    Que je parle à ma libraire

    On sort les anciens ouvrages,
    Les livres issus d’un autre âge,
    Les vieilles photographies,
    Tout un passé reprend vie.

    On n’ose penser au futur,
    Ni faire des conjectures.
    Le présent reprend ses droits,
    Même si tout va de guingois.

    Certains subissent le labeur,
    Ou sont baignés de douleurs.
    Nous sommes tous un peu meurtris
    Par ce virus qui sévit.

    Pourtant c’est bien le printemps,
    Et nous passons du bon temps,
    Même si on prend le thé seul,
    Près du rosier, du tilleul.

    Je songe à tous mes amis,
    Et les espère à l’abri.
    L’amour sera le plus fort,
    Beaucoup plus fort que la mort.

    La librairie rouvrira
    Et le monde resourira.
    Je remercie ma libraire,
    Et mon cher imaginaire!

    Comment by anémone — 10 avril 2020 @ 5:48

  3. On rêve toujours d’ailleurs
    Du Mexique ou bien du Pérou
    De plages au sable d’or
    Mais on doit rester chez nous

    On grogne, on râle, on peste
    Faut qu’on étale notre malheur
    On se dit foutu et tout le reste
    Qu’on connaît déjà par cœur

    Mais le monde est un village
    À la portée de nos mains
    Il suffit de tourner des pages
    Pour voyager très loin

    Un vagabond, un heureux baladin
    Quelque part dans l’immense univers
    À Venise puis au pays d’Hadrien,
    Au Cap-Vert, pas si loin du Niger

    Les mots sont comme des étoiles
    De beaux paysages qu’on décrit
    Ils nous promènent à Montréal
    À Lisbonne ou bien Paris

    Comment by Armando — 12 avril 2020 @ 6:05

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire