Lali

10 février 2019

En vos mots 618

Filed under: Couleurs et textures,En vos mots — Lali @ 8:00

DE LA BRÉLY (Auguste)

À qui écrit-elle? Et qu’écrit-elle? À vous de faire vivre en vos mots cette toile peinte par Auguste de La Brély, et de nous emporter dans son univers ou dans le vôtre le temps d’un poème ou d’une nouvelle. Comme vous l’avez si bien fait à partir de l’illustration de dimanche dernier.

C’est avec plaisir que nous lirons dimanche prochain ce que vous avez concocté pour nous, car aucun commentaire ne sera validé avant.

D’ici là, bonne lecture, bon dimanche et bonne semaine à tous!

2 commentaires »

  1. Elle n’ose coucher sur le papier
    Tous les tremblements qui l’agitent.
    Et d’abord, par où commencer?
    Elle a le cœur qui trop palpite.

    Il faut pourtant trouver les mots
    Qui vont frapper juste, faire mouche.
    Trouver les termes à propos,
    Ecrire les paroles qui touchent.

    Alors elle cherche l’inspiration
    Autour d’elle accrochée aux murs
    Et retient sa respiration
    Afin d’écrire comme un murmure.

    Par la fenêtre elle voit danser
    Les branches enneigées des grands hêtres.
    Et le grand vent lui fait penser
    A la tempête en son être.

    Demain ces lignes seront lues
    Seront-elles pour autant comprises?
    Elle voudrait tant être entendue.
    Sa décision, elle, est bien prise.

    Elle veut bien d’une amitié,
    Voire partager de la tendresse.
    Mais pas question de se marier,
    Ni qu’il la prenne pour maîtresse.

    Elle espère qu’il comprendra,
    Ne veut pas qu’il soit mal à l’aise,
    Mais elle sait qu’il en souffrira,
    Alors ses phrases, elle les soupèse.

    Tout en tâchant d’être claire et nette,
    Elle aimerait bien le protéger.
    Voilà la lettre est fin prête.
    Elle y pose un baiser… léger!

    Comment by anémone — 10 février 2019 @ 15:26

  2. La nuit s’endort sur un fil rose
    Le temps me semble immobile
    Comme s’il était en pause
    Et suspendu par un fil

    L’instant d’après viendra briser
    La jouissance de ce moment
    Il me suffira d’une pensée
    D’un voyage dans le temps

    Puisque le silence est de mise
    Que l’océan est si étendu
    On se promène à Venise
    Comme deux amoureux fous

    Le soleil est rond et encore rose
    Le jour s’allume tout doucement
    Est-ce une larme ou autre chose
    Sans doute le souffle du vent

    Que fait-elle, comment va-t-elle
    Est-ce qu’elle pense encore à moi
    Est-ce que l’amour est éternel
    Quand on a aimé une fois

    Est-ce qu’il y a de moi dans ses secrets
    Dans l’encre bleue de ses pensées
    Est-ce que l’amour ce sont des regrets
    Est-ce que l’amour ce n’est qu’aimer

    Comment by Armando — 17 février 2019 @ 3:51

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire