Lali

4 février 2018

En vos mots 565

Filed under: Couleurs et textures,En vos mots — Lali @ 8:00

LEE (Brittney) - 1

Une pause repas-lecture avec une vue sur le Golden Gate, n’est-ce pas tentant? C’est ce que je vous propose par l’entremise de cette illustration signée Brittney Lee. Libre à vous de faire vivre cette scène en vos mots, à votre manière, en vers ou pas. Comme il vous plaira.

Ce n’est que dimanche prochain que les commentaires seront validés en bloc, ce qui vous laisse suffisamment de temps pour écrire une histoire à la hauteur de votre imagination, que nous nous ferons un plaisir de lire.

D’ici là, bon dimanche et bonne semaine à tous!

3 commentaires »

  1. On incrimine les i-phones,
    Mais bien avant le téléphone,
    Les couples au lit ou à table,
    S’ils ne connaissaient pas le portable,
    Etaient plongés tout un chacun
    Dans un journal ou un bouquin.
    Cela ne gâchait pas la relation
    Ni n’empêchait les positions
    D’être complices, tendres ou lascives.
    Une lecture attentive
    Pouvait très bien s’accommoder
    D’un échange ponctuel d’idées.
    Finalement, on partageait
    Le même occupation, et la proximité,
    La même passion pour l’écrit.
    Alors pourquoi faut-il maintenant que l’on s’écrie
    « A bas écrans et cellulaires »?
    La perte, s’il y en a une, serait plutôt toute littéraire.
    Mais justement, le manque est là.
    C’est ce partage que nous n’avons pas
    Donc j’avouerai que tout compte fait,
    Quand je suis avec l’être aimé,
    Il m’apparaît comme tout à fait sûr
    Que je préfère la lecture!

    Comment by Anémone — 4 février 2018 @ 11:22

  2. Dans leur monde d’habitudes
    Où la vie suit son destin
    Chacun sa vie, sa lassitude
    Tout en rêvant que demain…

    Demain l’amour ou autre chose
    Un jeune homme entreprenant
    Lui offrira de belles roses
    En lui murmurant ses sentiments
    Il ne pense pas mieux
    Des expériences nouvelles
    Il a connu des jours heureux
    Les jeunes filles sont si belles
    Un amant ou bien une maitresse
    Pour un peu plus d’existence
    Pour quelques soupirs d’ivresse
    Juste avant le grand silence

    Dans leur quotidien d’assuétude
    Où il ne se passe jamais rien
    On meuble sa triste solitude
    Tout en rêvant que demain…

    Comment by Armando — 11 février 2018 @ 4:42

  3. C’est un brunch. Un brunch à San Francisco.

    S’il n’y a pas de maison bleue, il y a de l’eau bleue. Après un brunch, ou pendant le repas, il me semble qu’on a le temps. Le temps d’ouvrir le Post. Le temps de regarder son smartphone, en sirotant café, thé, jus de fruits.

    En pelant une pomme, une banane, une mandarine, une hirondelle. Mais non, je me trompe, l’hirondelle vole dans le ciel bleu. La dame est poète, son e-phone pourrait bien lui servir à lire de la poésie.
    Les croissants à la française étaient délicieux. Au sucre, à la crème, à la confiture. Le gâteau Pepperidge Farm aussi. Le glaçage était parfait. Et que dire des oeufs brouillés? De la salade endives, raisins, noix, fromage de chèvre? C’était un moment parfait, avec des dattes, des fruits secs, de la conversation…

    Alors, maintenant, chacun revient un peu à son domaine.

    Le Post est grave et léger aujourd’hui.
    On y parle des problèmes du monde…
    Et même de l’ouverture des Jeux Olympiques d’hiver,
    en Corée du Sud…

    Comment by Pivoine — 11 février 2018 @ 13:10

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire