Lali

6 août 2017

En vos mots 539

Filed under: Couleurs et textures,En vos mots — Lali @ 8:00

BROWN (John George) - 7

Quelle nouvelle peut bien faire la une du journal vendu par ces garçonnets peints par John George Brown? À vous de nous le raconter, en vos mots, comme vous le faites semaine après semaine, depuis plus de dix ans.

C’est avec plaisir que nous vous lirons dimanche prochain, car aucun commentaire ne sera validé d’ici là. Ce qui vous donne donc plus que le temps de lire ce qu’ont déposé à votre intention ceux d’entre vous qui ont fait vivre la scène livresque de dimanche dernier à leur manière.

D’ici là, bon dimanche et bonne semaine à tous!

2 commentaires »

  1. Les nouvelles d’aujourd’hui
    Sont-elles pires
    Que les nouvelles d’hier?
    Je ne le pense pas.
    On ne garde que le meilleur du passé,
    Et le reste, on l’oublie.
    Oubliées les guerres, les famines d’ici.
    Oubliés les enfants, mis au travail, dans nos pays.
    On idéalise.
    On occulte les marasmes, les crises.
    Toutes les révélations scandaleuses du présent
    Qui semblent soudain surgir d’aujourd’hui,
    Ne sont que tardives émergences
    D’un temps où tant d’abus, d’escroqueries,
    Restaient bien protégés, dans le non-dit.
    Comprenaient-ils, les petits crieurs,
    Les nouvelles qu’ils cherchaient à vendre?
    Savaient-ils lire seulement, privés d’enseignement, d’école?
    Dans leurs yeux je vois l’enfance,
    Que j’espère non dépourvue de jeux.
    Mais au fond d’eux je vois aussi
    Des êtres à qui on demande
    D’être trop tôt adultes, trop tôt responsables.
    Achetez, achetez, bonnes gens,
    Toute l’actualité du jour, de la semaine!
    Vous en aurez pour votre argent!
    Pas autant que sur internet.
    Pas autant qu’au vingt-et-unième siècle.
    Pas autant que ce que vous devriez connaître,
    Parce que vous y avez droit, en tant que citoyens,
    Et qu’on ne vous dit pas tout dans la presse.
    On vous ment.
    Petits garçons, je vous imagine,
    Usant de votre métier pour appeler de toutes vos forces
    A la révolte, et réveiller les populations.
    Je rêve tout soudain d’une rébellion,
    Comme un mai soixante-huit, qui lui aussi émanait des jeunes.
    Je vous vois tout à coup, avec vos obligations de grands,
    Mener joyeusement et tambour battant
    Une révolution internationale:
    La Révolution des Enfants!

    Comment by Anémone — 11 août 2017 @ 4:30

  2. Je ne me souviens plus
    De la mauvaise nouvelle
    Ils tenaient à peine debout
    Et regards sans étincelles
    Des enfants dans les rues
    Me tendaient leurs journaux
    Dans leurs petites mains nues
    Le temps avait écrit ses maux.

    Et je me suis revu
    Lorsque j’avais leur âge
    En criant comme un fou
    Le beau drame à la page
    C’est vraiment la dernière
    Et il ne faut pas la rater
    Une tempête sur la mer
    Un enfant s’est noyé.

    Et le passant qui passait
    En jetant un regard amusé
    Un malheureux décès
    Ne va pas nous arrêter
    Après tout l’indifférence
    Est un poison si doux
    Qui depuis mon enfance
    Chaque jour me tue.

    Comment by Armando — 13 août 2017 @ 3:32

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire