Lali

6 novembre 2016

En vos mots 500

Filed under: Couleurs et textures,En vos mots — Lali @ 8:00

romont-willy-2

À l’occasion du 500e En vos mots, j’ai invité le personnage imaginé par l’illustrateur Willy Romont à s’installer ici pour une semaine afin que vous fassiez connaissance avec ce bibliophile et visiblement collectionneur d’objets des plus variés.

Que vous racontera-t-il? Qu’aurez-vous envie de partager avec nous? C’est ce que nous saurons la semaine prochaine lors de la validation des textes. Pas avant. Ce qui vous donne quelques jours pour discuter avec lui et écrire.

D’ici là, bon dimanche et bonne semaine à tous!

2 commentaires »

  1. Il avait commencé par les tongs.
    Il en trouvait souvent en bord de mer.
    Abandonnées, de diverses couleurs, célibataires.
    Puis il s’était amouraché des parapluies.
    Si souvent oubliés, dans un coin, solitaires.
    Un jour il ramassa un ballon.
    Au fil des jours, il adopta ses cousins, ses frères.
    Les timbres appartenaient plutôt à son père.
    Il en avait hérité récemment,
    Avec le tableau numismate: des pièces de monnaies quelque peu dépareillées.
    Trop banal pour lui, ce genre de collections.
    Très vite, elles pouvaient déclasser l’ensemble,
    Faire un peu disparate,
    Un rien trop encombrant.
    Elles acquéraient pourtant leur place au sein d’un juste assortiment.
    Il s’était découvert ensuite une passion pour les réveils, les pendules, les horloges.
    Rien d’étonnant: il nourrissait pour les concepts d’espace-temps
    Une véritable fascination.
    Les livres, les disques anciens, il avait un malin plaisir à tout faire tenir
    Dans un champ exigu et plutôt restreint.
    Il pouvait se targuer encore d’un nombre d’affiches impressionnant.
    Posters de cinéma, d’expositions, de musées, ou publicités touristiques.
    En bon amateur d’écrits, il avait bien sûr aussi rassemblé
    Une armée de stylos, usés aussi bien que bons pour le service.
    Les clés s’étaient amoncelées comme d’elles-mêmes.
    Elles n’ouvraient plus aucune armoire, ne permettaient aucun accès,
    Mais déménagements après déménagements,
    Le mobilier se succédant,
    Elles constituaient une accumulation variée autant qu’homogène,
    A la symbolique non négligeable.
    Les petites voitures et les camions résultaient quant à eux
    De son grand désir d’évasion.
    Estimant trop pénibles les vrais déplacements, il satisfaisait à sa propension
    En se procurant des modèles réduits, coups de pouce à l’imaginaire.
    Mobil homes, autocars, et autres véhicules pimpants et charmants
    L’emmenaient au bout de ses rêves, pour pas cher.
    Il n’aimait pas les papillons morts,
    C’est pourquoi peut-être s’en étaient amenée
    Une colonie de vivants,
    Qui apportait au lieu une dynamique svelte et légère.
    Enfin, sa dernière coqueluche était les chapeaux.
    Il n’en avait que trois, dont un sur la tête.
    Mais le début était prometteur:
    Combien de distraits ne perdaient-ils pas les leurs, à tous vents?
    Voilà de quoi fournir rapidement quantité appréciable de galurins!
    Entourés de ces trésors, de ce saint-frusquin,
    Ils étaient tous deux à la fête,
    Riant à pleine gorge
    Et partageant des friandises en un fastueux festin.
    Que leur fallait-il de plus pour être heureux et comblés,
    Lui et son chien?

    Comment by Anémone — 6 novembre 2016 @ 9:39

  2. Il est temps que tu ranges un peu
    Il faut terminer avec ce délire
    Je te rappelle qu’on vit ici à deux
    Et que tu passes ton temps à lire

    Tu es bien placé pour en parler
    Alors que tu ne fais jamais rien
    Remuer la queue et aboyer
    Qu’elle est belle la vie d’un chien

    Belle vie? Mais quel médiocre canular
    Tu ne penses même pas ce que tu dis
    Tu ne t’es pas vu dans un miroir
    C’est plutôt toi qui as une belle vie.

    Voilà le quotidien de M. Personne
    Quand on n’a plus rien dans sa vie
    Et que tous les gens vous abandonnent
    Il ne nous reste que notre plus fiel ami

    Comment by Armando — 13 novembre 2016 @ 3:21

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire