Lali

5 août 2007

En vos mots 17

Filed under: Couleurs et textures,En vos mots — Lali @ 8:00

merediz

Sont-elles amies, sœurs, voisines, cousines? Passent-elles leurs vacances ensemble depuis toujours? Viennent-elles de faire connaissance? Quel livre partagent-elles?

À vous de raconter. La catégorie En vos mots est la vôtre, pas la mienne. Pour vos fictions, vos poèmes, vos souvenirs trafiqués, une chanson ou une seule phrase. Elle est vôtre et le restera tant que vous vous plairez à la nourrir.

En espérant que les lectrices complices peintes par Gabriela Merediz vous inspirent. Bon dimanche et bonne semaine d’écriture!

4 commentaires »

  1. Maman! Maman! Flairjoy raconte des mensonges!

    Elle dit que la princesse ne dormait pas mais qu’elle faisait semblant et que le prince, après l’avoir embrassée, est allé embrasser la voisine qui faisait semblant elle aussi de dormir!

    C’est pas la vraie histoire çà! Hein maman?

    Flairjoy! Cesse tes conneries et raconte la vraie histoire à ta soeur!

    D’accord maman (si tu veux vraiment que je lui gâche sa vie!)

    Viens petite soeur, assied toi près de moi et reste bien tranquille car je vais te raconter la vraie de vraie, celle qui bercera tellement bien tes rêves que tu feras de cette histoire le but ultime de ta vie. Même à soixante ans, tu vas encore y croire! Et tu vas chercher le prince partout partout!

    Mais moi je sais que le prince il est pas ailleurs qu’en toi-même! Que le pouvoir du réveil, c’est toi qui l’as! Que le pouvoir du bonheur c’est en toi qu’il est! Ce n’est pas un prince qui va te l’apporter avec un bec mouillé!

    L’amour est en toi petite soeur! Même si tu crois avoir trouver le prince et qu’il te laisse tomber ou qu’il n’est pas à la hauteur de tes attentes, tu ne seras jamais malheureuse car il ne peut pas partir avec ton amour et surtout, retiens bien ceci:

    Tu ne peux recevoir que le degré d’amour que tu te portes à toi-même!

    Maman! Maman! Flairjoy recommence ses conneries!

    Flairjoy

    Comment by Flairjoy — 5 août 2007 @ 15:49

  2. Elles étaient là, comme elles en avaient l’habitude, ensemble, dans ce presque ennui d’été, où elles disent qu’il n’y a rien à faire, et où les copines et les copains de l’école sont ailleurs. En vacances. Avec leurs parents ou bien chez une tante ou une grand-mère.

    Par moments, elles souhaiteraient le retour à l’école. Retourner pour voir les amis. S’amuser. Partager les secrets infimes de l’enfance, comme autant des trésors papillons qui s’envolent au premier coup de vent.

    Se faire remarquer des garçons et s’éveiller aux premiers amoureux qui ne durent jamais longtemps.

    Pas la fille qui lit. Elle ne s’intéresse qu’aux livres. Son plaisir est la lecture. Elle est sûre que les garçons ne l’aperçoivent même pas. Mais comme toutes filles de son âge, elle rêve d’amoureux, même si elle croit que tous les garçons ne la regardent jamais et qu’ils sont un peu bêtes.

    Elle ne sait pas encore, mais elle découvrira aussi le premier baiser.

    Ce sera un vrai et long baiser. Tatoué en couleurs dans ses souvenirs. Un baiser si gourmand qu’il étonnera et fera peur à ce Clark Gable, version ado, plein d’acné.

    Ah, les garçons ne savent jamais rien des filles. Si au lieu de faire le beau, ils s’attardaient à apprendre les doux plaisirs. Mais pour vouloir apprendre il faut aimer vraiment.

    Elle ne sait pas encore que, plus tard elle sera perdue dans ses livres, libre, et qu’elle pourra se faire livrer des bisous autant qu’elle le désire.

    Parce qu’elle apprendra à connaître les hommes et qu’elle saura comment les séduire.

    Elle connaît les mots. Elle sait comment les utiliser.

    Et elle sait qu’elle ne voudra pas de porteurs de cravate, ni de sérieux angoissés, ni de faiseurs de bons sentiments, ni de …

    Et puis, elle sait, qu’il y aura des jours où elle ne sera pas très heureuse. Et puis d’autres où les gouttes de pluie brilleront comme des soleils.

    Mais, pour l’heure, elle n’est qu’une enfant en vacances qui lit, avec sa sœur, baignée par la douce insouciance du bonheur …

    Comment by Armando — 5 août 2007 @ 23:56

  3. Deux petites soeurs sachant lire mais Aurélie préfère regarder les illustrations de ce magnifique livre offert par leur oncle tandis que Julia lit les superbes histoires pour elle. Elles n’oublieront jamais ces doux moments partagés sur la chaise longue en vacances chez leurs grands-parents. Les paroles seraient de trop, elles se comprennent trop bien même avec un ou deux ans de différence. Quoi de plus beau que l’amour de deux soeurs ?

    Comment by Denise Rossetti — 8 août 2007 @ 14:50

  4. Elle dévore les lignes : vont-ils trouver le trésor avant les autres ? Pourvu qu’il n’y ait pas de tempête, qu’ils puissent accoster et découvrir la grotte avant que les bandits n’arrivent et si jamais…
    Elle regarde les mots qui dansent : j’aimerais bien lire aussi vite que ma sœur, elle va tourner la page et je n’aurai pas fini… Elle ne veut pas me prêter son livre avant de l’avoir terminé. Quand j’serai grande comme elle, je lirai très vite moi aussi. Elle est quand même gentille, elle veut bien que je m’asseye dans le fauteuil, mais il faut pas que j’lui parle, sinon elle me dit : « Chut, tais-toi, je lis. »
    J’attends… parce que j’sais qu’après, elle va me raconter l’histoire, et ça… j’adore !

    Comment by Reine — 11 août 2007 @ 16:55

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire