Lali

27 décembre 2009

En vos mots 142

Filed under: Couleurs et textures,En vos mots — Lali @ 8:00

lane-timothy.jpg

Mais qu’est-il donc arrivé aux personnages de Timothy Lane pour qu’ils se retrouvent ainsi sur la route? Une panne? Une crevaison? Un accident?

Où allaient-ils ainsi? D’où revenaient-ils? Mais est-ce là la vraie question?

Peu importe quel angle vous choisirez, la toile est à vous jusqu’à dimanche prochain afin que vous y posiez vos mots et que vive la toile grâce à vos regards si différents les uns des autres.

Bon dimanche à tous et à la semaine prochaine afin de vous lire!

9 commentaires »

  1. Ils sont les yeux fatigués
    Leurs sourires sont si lointains
    Leur cœur est si blessé
    On dit mort de chagrin

    Ils transportent leur différence
    Comme d’autres un cercueil
    Ils se foutent de ce qu’on pense
    Leur tendresse est en deuil
    Mensonges et préjugés
    Les ont pointés du doigt
    Ils seront à jamais blessés
    Comme des oiseaux sans joie

    Ici, un harcèlement mensonge
    Plus loin une blessure en feu
    Leur nuit le jour se prolonge
    La discrimination n’est pas un jeu

    Et ils écoutent des gens parler
    Comme prières sans conviction
    Parfois les mots peuvent tuer
    C’est trop tard pour le pardon
    Et loin de tous ces « je pense »
    Dont très vite on se lasse
    Ils vivent dans leur silence
    Se foutant du temps qui passe

    On dit qu’ils sont bizarres
    Et quand on organise des sorties
    On les met encore à l’écart
    Puisqu’ils dérangent nos vies

    Comment by Armando — 30 décembre 2009 @ 10:58

  2. Bonjour Lali, je viens portée par Du bleu dans mes nuages…

    Je le sens pas ce coup là ! On est plutôt mal barré pour le week-end chez Teddy. Jamais j’aurais dû accepter que Pamela vienne avec moi. Elle m’énerve ma frangine, tout ça parce qu’elle veut soi-disant, se faire bronzer à la campagne. Des clous oui, je sais bien qu’elle a des vues sur Teddy. Mais Teddy et les potes, on se retrouve pour un rallye, enfin on devait ! J’ai crevé et je ne peux pas changer la roue, because j’ai retiré la roue de secours pour pouvoir mettre tous les bagages de Pamela. Je me retiens sinon je la claquerai. Je ne sais pas comment elle fait pour avoir autant d’affaires ! Et mademoiselle, là, s’en fout complètement, elle dit qu’il va bien passer une voiture !! Mais je veux pas être en retard, sinon Teddy et les copains vont partir pour le rallye sans moi. Quel con je suis, jamais j’aurais dû accepter que Pamela vienne avec moi. J’espère qu’elle a raison et qu’une voiture va venir par ici, sinon je peux dire adieu à mon rallye !

    Comment by Lautreje — 31 décembre 2009 @ 11:33

  3. Par une belle journée d’été, Claire et Fred décident d’aller pique-niquer dans une belle région loin de chez eux et c’est surtout l’occasion d’essayer leur nouvelle voiture. Ils chantent et sont très heureux de pouvoir s’évader dans la campagne.

    Après une heure de route, tous les deux entendent un « ploc ». Ils se regardent trouvant ce bruit bizarre. Fred s’arrête, fait le tour de la voiture et constate que la roue arrière est plate.
    Il s’assied complètement abattu et ne trouve pas de solution puisqu’il a oublié de prendre avec lui la roue de secours.

    Claire, à son tour, descend de voiture, regarde les dégâts mais ne s’affole pas. Claire est plutôt d’un tempérament optimiste.

    -Ne sois pas si triste mon chéri, quelqu’un passera certainement sur cette route et nous emmènera dans un garage et pour le pique-nique dont on s’était réjoui, nous pouvons très bien le faire ici. C’est un petit inconvénient mais pas très grave. Je vais prendre mon livre en attendant qu’un automobiliste passe. Tu verras, tout s’arrangera.

    -Claire, je t’admire et je ne sais pas comment tu fais pour rester si calme. Moi, je n’y arrive pas! Je sens que nous ne verrons personne, que la nuit va tomber, qu’il fera froid et que nous serons contraints à dormir dans la voiture. Te rends-tu compte?

    -Bien sûr que je me rends compte mais il faut y prendre comme une aventure dont on se souviendra et nous rirons bien. Si nous devons dormir dans la voiture, nous nous couvrirons avec la couverture du pique-nique mais encore une fois, je te dis que quelqu’un passera ici.

    Claire retourne à sa lecture pendant que Fred se lamente devant sa roue plate. Cela est une bonne leçon, la prochaine fois, je regarderai dix fois si la roue de rechange est bien dans la voiture. Dix, vingt fois, s’il le faut!

    Claire toujours aussi décontractée comme si elle était sur une plage continue sa lecture et ne voit pas le temps passer. Fred marmonne tout seul assis par terre.

    -Fred… j’entends du bruit! Viens! Oh, mais c’est une voiture. Nous allons lui faire signe.

    Et bien, les amoureux, que vous arrivent-ils?
    Fred explique tout penaud qu’ils ont eu une crevaison et qu’il a oublié de prendre la roue de secours.

    Ce n’est pas bien grave les petits. Allez, prenez la roue et vos affaires. Comme il va bientôt faire nuit, vous dormirez chez moi. J’ai une petite ferme dans le coin. Demain, nous irons au garage faire réparer votre roue. Ne vous torturez pas l’esprit ainsi jeune homme!

    Claire et Fred se souviendront encore longtemps de la merveilleuse soirée passée à la ferme avec Monsieur Jean qui leur mijota un délicieux repas avec ses produits frais.
    Ils discutèrent toute la soirée comme s’ils s’étaient toujours connu. Une soirée formidable.

    Une idée me vient à l’esprit les amoureux. Si vous le souhaitez, je vous offre l’hospitalité pour vos futures vacances puisque l’endroit vous plaît tant…

    Pour toute réponse, Monsieur Jean reçu deux magnifiques sourires et des étoiles dans les yeux de la part de Claire et de Fred.

    Après une bonne nuit et la visite chez le garagiste, Claire et Fred ont bien remercié Monsieur Jean pour son amabilité et son dévouement en lui faisant la promesse de revenir aux prochaines vacances.

    -Claire, finalement cet incident a contribué à nous faire un ami et dorénavant, je vais regarder les choses d’une autre façon… comme tu le fais ma chérie!

    Comment by Denise — 1 janvier 2010 @ 16:34

  4. C’était le dernier jour des vacances. Et ce 30 août 1963 aurait du être le premier jour du bonheur … Katy assise à mes côtés, Paul Anka à la radio, le soleil inondait la route et je souriais, bêtement. J’avais proposé une petite escapade près de Saint Louis, le long de la rivière Des Pères. Katy n’aimait pas trop la campagne mais je comptais sur la beauté du site, sur les libellules bleues, sur la chanson de la rivière courant sur les galets moussus. Je comptais sur le soleil filtrant à travers le feuillage des cyprès et qui lui ferait de si beaux grains de beauté sur le visage … Dans ma poche je sentais la petite boite rouge dans laquelle j’avais glissé la jolie bague achetée depuis des jours. Une aigue-marine, assortie à ses yeux … Je comptais enfin demander Katy en mariage ! Mais … après cette crevaison je ne sentais que son agacement, son impatience et mes tempes battaient au rythme de ses ongles sur le plateau du pick up. Comment ne pas ployer sous le poids de son mépris ? Comment avais-je pu être assez idiot pour oublier de quoi réparer ? C’était le dernier jour des vacances. Mais le bonheur n’était pas au rendez-vous. Et la petite boite rouge est restée dans ma poche …

    Comment by Hespérie — 3 janvier 2010 @ 7:23

  5. Carpe Diem 😉

     » On peut aussi bâtir quelque chose de beau avec les pierres qui entravent le chemin »
    Johann Wolfgang von Goethe

    Comment by Chris — 3 janvier 2010 @ 7:59

  6. Je viens de savourer vos délicieuses proses de ce début d’An nouveau… et j’ai souri Denise en lisant la tienne! Que je vous explique. Parfois, lorsque mon inspiration est au rendez vous… et ce n’est pas gagné (rire) je m’ essaie à écrire sur ces belles toiles que Lali nous propose! Mais, comme ces écrits ne cassent pas trois pattes à un canard.. comme on dit chez nous, je préfère m’abstenir le plus souvent de publier, çà, Lali est au parfum! Hors, cette fois -ci Denise, notre histoire sur ce jeune couple aurait presque pu être un copié collé… sauf, sauf.. la fin.! Point de voiture à l’horizon pour un dépannage éventuel… mais une nuit romantique à deux dans la voiture!
    Hé, hé Hespérie, si çà ce n’est pas du Carpe Diem!

    Tout plein de bises à tous et Merci!

    Comment by Chantal — 3 janvier 2010 @ 10:05

  7. Chantal, oui du Carpe Diem ! Une nuit romantique à deux dans la voiture … moi j’aurais bien aimé avoir la chance de te lire vois tu … peut être qu’en 2010 …qui sait ?

    Je reviens moi aussi pour vous lire, avec plaisir comme toujours ! Découvrir vos regards sur la toile est à chaque fois un petit bonheur , bravo et merci !

    Et puis je voudrais faire un clin d’oeil à un promeneur, qui passe ici sans rien dire, parce que si Hespérie a écrit aujourd’hui c’est un peu pour lui …

    Bisous à vous tous
    @ dimanche prochain !

    Comment by Hespérie — 3 janvier 2010 @ 11:16

  8. Oh oui Chantal, ta fin de l’histoire aurait été aussi très belle. Merci pour tes mots.

    Merci Hespérie pour cette belle citation…

    Quel plaisir de lire vos textes et poème.

    Bisous à tous et merci pour ce bon moment!

    Comment by Denise — 3 janvier 2010 @ 11:48

  9. Vous êtes tous très talentueux sauf un. Mais je tairai son nom. Je sais combien Armando peut être soupe au lait.

    [oups… j’aurais gaffé?]

    Comment by Yo-Yo — 3 janvier 2010 @ 12:58

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire