Lali

10 septembre 2017

En la nuit 5

Filed under: À livres ouverts,Couleurs et textures — Lali @ 23:59

TAURELLE (Bernard) - 2

Ma femme

Quand le soleil m’enchaîne
ces jours d’orange en déclin,
et que je penche vers mon ombre,
dernier recours de ma présence :
le bandeau de la peine
me serre la pupille,
et suis comme l’enfant
que le désir fuit à reculons.
Le sang doit forcer l’opacité.
le ruisseau bleu la glace.
Que de murs étrangers
entre le cœur radieux
et l’espérance rampante!
Ma femme me tient en elle,
comme elle tient la terre,
avec le bercement ferme
de la marée tenace.
Et lorsque le dernier rayon
a franchi l’autre monde,
près de l’horizon elle s’élève
en me tirant de la ténèbre.

Fernand Ouellette, En la nuit, la mer

*choix de la lectrice de Bernard Taurelle

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire