Lali

4 mai 2011

Charlotte

Filed under: États d'âme,Couleurs et textures — Lali @ 15:49

chatran-theobald-3.jpg

Il y a huit ans, elle était fière d’annoncer ses 63 ans que personne ne lui donnait. Fière de sa fille aînée qu’elle avait eu hors mariage à l’âge de 21 ans, à l’heure où ça ne se faisait pas. Fière d’avoir tenu tête à son père qui occupait un haut poste dans un ministère. Fière d’avoir été parmi celles qui ont brûlé leur soutien-gorge au nom du féminisme. Fière d’avoir quitté un mari alcoolique, malgré leurs deux fils en bas âge. Fière d’avoir élevé seule ses trois enfants. Fière de tellement de combats que je n’imaginais pas la profondeur de ses failles.

Et pourtant, il y a huit ans, malgré enfants, petits-enfants, amis nombreux, bénévolat, lecture, ateliers de ci et de ça, elle aurait aimé que. Une dernière fois. Malgré ses 63 ans. Tenir la main de quelqu’un. Ne pas vieillir seule. Et se voulant résolument moderne, elle a fait ce que les plus jeunes faisaient. Grâce à un site de rencontres, elle a prit quelques repas au restaurant, elle est partie en weekend avec plus jeunes ou plus vieux.

Elle n’était jamais « celle ». Aucun ne fut jamais « celui ». Malgré les étincelles. Malgré les deuxièmes et troisièmes rencontres. Il y avait d’un côté ou de l’autre quelque cloche qui clochait. Mais Charlotte jamais ne se découragea. Il y avait quelqu’un pour elle. Pour ses vieux jours. Elle y croyait si fort.

Je n’ai pas vu Charlotte depuis août 2004. Elle venait d’avoir 64 ans. Elle ne les faisait pas. Il paraît qu’elle ne fait pas plus ses 71 ans mais qu’elle a arrêté son compteur à 66 ans et que c’est sous cet âge qu’elle se présente aux prétendants potentiels. Parce que, paraît-il, c’est l’âge maximum pour rencontrer l’âme sœur. Élise ne savait pas s’il fallait en rire ou en pleurer quand elle m’a parlé de Charlotte. Ou l’un et l’autre. Nous qui avions tant admiré Charlotte, son intelligence, sa force de caractère, son énergie à toute épreuve, n’avons rien ajouté. Nous savions sans le dire à haute voix que nous ne voulions pas vieillir comme elle.

*toile de Théobald Chartran

2 commentaires »

  1. J’ai arrêté de vieillir à 25 ans. Là, à ce moment-là j’ai pris goût à la Vie… Et depuis bien sûr plein d’année au compteur de l’horloge. Mais peu importe, dans la tête toujours 25 ans, en décalage certes avec le reste, mais peu importe. Mais peu importe… Sauf dans les escaliers, dans le jardin, dans la course à pied, d’ailleurs je ne cours plus, je marche vite, c’est pareil ou presque. Et pour le reste qui vivra verra… Bisous à l’âme soeur, et bises à Charlotte.

    Comment by LOU — 4 mai 2011 @ 16:38

  2. ce n’est pas que nous ne voulons pas vieillir comme elle (cette femme me paraît admirable, même dans ses derniers débats avec la vie)
    c’est que nous ne voulons pas vieillir tout court

    Comment by Adrienne — 5 mai 2011 @ 1:04

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire