Lali

30 août 2007

Ce quelque chose auquel elle a pris goût

Filed under: Couleurs et textures — Lali @ 10:22

CRF

Elle restera peut-être prostrée. Lui manquera ce quelque chose qu’elle ne connaissait pas auquel elle a pris goût. Puis, petit à petit, elle reprendra la pose. La liseuse de Carol Ruff Franza lira les livres qu’elle a choisis, écoutera les musique qu’il a sélectionnées, caressera la boîte peinte et la lectrice de porcelaine tirée à une vitrine du Vieux-Québec, trempera ses doigts dans la confiture de tomates, ira dans ces endroits où ils ont laissé leurs pas et un peu d’eux. Certains jours, elle sourira d’un sourire que personne ne comprendra. D’autres jours, ses yeux se mouilleront. Lui manquera ce quelque chose auquel elle a pris goût.

4 commentaires »

  1. Comme je la comprends cette liseuse…tous ces quelquechoses qui sont devenus « ses » quelquechoses.
    Tous ses instants magiques qui vont revivrent dans sa mémoire,la faire sourire de bonheur,de nostalgie aussi,mais elle sait,elle le sent, au fond d’elle même que ce bonheur va se renouveller.
    Simplement quelques saisons à passer,et à nouveau de grandes joies…se profilent à l’horizon.
    Tout cela est écrit dans le grand livre de la vie.Souvent entre les lignes,mais notre liseuse,sait lire toutes ces choses.

    Comment by Géraldine — 30 août 2007 @ 12:17

  2. Je suis sûr que la liseuse fera tout cela mais encore plus certaine que la lectrice est pleine de projets auxquels elles va penser en buvant son café, le matin. Les projets sont là pour nous faire aller de l’avant ainsi que les heureux souvenirs.

    Comment by Denise Rossetti — 30 août 2007 @ 14:27

  3. Le monde est petit les chemins ce croiseront encore pour des nouveaux moments de joie le passé le présent et le futur ne font qu’un

    Comment by carine — 31 août 2007 @ 3:33

  4. Tous ces moments magiques et uniques inscrits dans le cœur à l’encre douce de la tendresse ne s’effaceront pas. Ils ne se perdront jamais dans l’abîme des mots. Uniques et précieux ils feront à jamais partie de ce silence où seuls les regards complices et émus sauront dire le bonheur d’être ensemble.

    Comment by Armando — 31 août 2007 @ 4:25

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire